Demi Portion : Sète à la maison

Libération.fr

Le rappeur a créé il y a deux ans un festival de rap dans sa ville d’origine, où il programme chaque année la crème de la discipline.

«Et si on organisait un festival de rap à Sète, chez moi, dans ma ville natale ?» En 2016, un rassemblement organisé par les Parisiens de la Scred Connexion pour leurs dix-huit ans d’existence inspire le rappeur Demi Portion. Lui qui tourne régulièrement dans toute la France n’a jamais joué dans sa ville, hormis quelques premières parties. Il lance l’idée sur les réseaux sociaux. Les réactions sont enthousiastes : le nombre de participants sur la page Facebook de l’événement dépasse rapidement la population de Sète, un peu moins de 45 000 habitants.

Entouré de sa garde rapprochée, DJ, amis, rappeurs, avec lui depuis les enregistrements sur K7 et les premières scènes, Demi Portion, de son vrai nom Rachid Daif, s’active. Un producteur guide et chapeaute les organisateurs novices. Pour boucler sa programmation, Rachid Daif contacte personnellement les artistes rencontrés au fil des tournées et des collaborations. Ils acceptent presque tous l’invitation, malgré de très petits cachets, le «strict minimum», et leurs obligations estivales, comme le Bordelais Sam’s, qui voulait absolument venir, «même pour un ou deux morceaux».

«Extraterrestres». En août 2016, pari tenu. Têtes d’affiche et artistes plus confidentiels, la crème du rap hexagonal, se donnent rendez-vous au Théâtre de la Mer trois soirs d’affilée pour la première édition du Demi Festival. Le public est jeune, mixte, et vient des quatre coins du rap francophone, selon DJ Sax, le «grand frère», initiateur des premiers ateliers d’écriture dans la ville : «L’an dernier, je tenais le stand de merchandising et je demandais aux gens d’où ils venaient. De toute la France, déjà, mais aussi de Belgique et de Suisse», qui talonnent l’Hexagone en termes de production hip-hop.

Mais cette loyauté s’explique aussi par «l’aura» de Demi Portion, selon Rolex, le DJ avec lequel le rappeur travaille (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Futuro Antico, fin de la traversée du désert
Dans l’ombre de Chopin
Vingt ans après sa mort, le Sud chante à nouveau Nino Ferrer
Créneau techno
Frode Haltli, boutons de nacre et instants de grâce