Demandez le programme !

Libération.fr
L'essentiel des programmes des candidats favoris dans les sondages.

Au cœur de l’élection, se trouve donc un texte à peine lu et auquel on fait très souvent mine de ne pas croire. Comment le programme a-t-il acquis cette place paradoxale dans les élections ?

On a beaucoup déploré que les affaires aient détourné la campagne des débats de fond. Pourtant, les reproches adressés à Emmanuel Macron en raison de la publicisation tardive de son programme, comme les appels d’un François Fillon affaibli à parler enfin des programmes suffisent à montrer la centralité de ces derniers. Cela peut surprendre, quand on sait que la majorité des électeurs ne lisent pas ou peu les programmes, n’en connaissent que quelques rares propositions phares, et ne votent guère pour celui qui serait à leurs yeux le meilleur. S’ils sont invoqués pour légitimer des mesures impopulaires (la fiction démocratique voulant que les électeurs aient voté pour le programme de la personne élue), les programmes ne sont en outre que partiellement mis en œuvre. Au cœur de l’élection, se trouve donc un texte à peine lu et auquel on fait très souvent mine de ne pas croire. Comment a-t-il acquis cette place paradoxale dans les élections ?

C’est que, historiquement, le programme est une des principales techniques de contrôle des élus dont disposent les citoyens en démocratie représentative. Echouant à imposer le principe d’un mandat impératif, la gauche radicale des années 1870-1880 parvient en 1882, sous l’impulsion du député Désiré Barodet, à faire voter une loi qui enjoint au député élu de remettre sa profession de foi à la Chambre des députés. Si le mandat n’est pas impératif, que le député ait au moins un programme ! Faute d’être tenus juridiquement par leurs promesses, que les élus le soient au moins moralement ! A cette époque, le programme n’est pas répandu. Beaucoup se présentent aux suffrages avec leurs seules qualités personnelles pour argument et le terme de programme ne renvoie pas alors à une réalité claire.

Règle intangible

Dans les décennies qui suivent, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Françoise Vergès : «Les féministes blanches n’ont pas intégré dans leur histoire les avortements forcés de la Réunion»
Contre la promotion du «roman national» du Front national
«American Crime» entre en résistance
Samir Frangié, disparition d’un seigneur
Islamophobie : Marwan Muhammad poursuit son combat dans un livre

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages