Demande d'autorité et déficit de croyance

·2 min de lecture

Le thème de l’autorité est à la hausse. Le général de Villiers publie des livres au tirage record sur la guerre civile qu’il craint, sur le chef humain qu’il appelle de ses vœux (sans être candidat) et sur les Français qu’il sent « réclamer de l’autorité »… Les analystes confirment. La fondation Jean Jaurès pointe une « demande d’ordre » générale et envisage que la présidentielle de 2022 se joue sur ce thème : une étude de septembre sur les « Fractures françaises » montrait que 82 % d’entre nous veulent un vrai chef pour remettre de l’ordre, et 88 % estiment que l’autorité est une valeur trop critiquée. D’autres travaux sur les votes « anti-système », traduisent une préférence croissante pour un chef (ou pour la démocratie directe) au détriment de la démocratie représentative. Et en ces périodes de Covid - où précisément l’autorité scientifique peine à s’imposer mais est censée justifier une intervention tatillonne de l’État - la demande d’autorité « vraie » fait florès.Elle est facile à caricaturer - les beaufs demandant un général Boulanger et la guillotine - ou à confondre avec une droitisation de la société française. En fait, le thème « besoin d’autorité », que partagent classes et générations, parle, certes, à une droite qui croit en la hiérarchie, mais aussi aux républicains attachés à la sacralité de la loi et aux classes qui souffrent de l’insécurité (les trois ne sont pas inconciliables).L’autorité ainsi entendue se reconnaît à la douleur de son manque. Dès qu’il y...Lire la suite sur MarianneUne voix de l’ONU demande la libération de Julian Assange, lanceur d’alerte emprisonné et oubliéProcès Sarkozy : quand le préfet Lallement demande aux policiers un salut républicain pour l'ancien président"Lynchage de policiers" : Julien Bayou s'excuse de demander pardon après l'emploi d'un mot "pas adapté pour une personne blanche"François Morel et son fils Valentin : "On nous demande tellement de servir à quelque chose…""Toujours plus bas : les programmes bientôt revus à la baisse à la demande des syndicats ?"