On a demandé à des "députés fantômes" LREM comment ils justifient leur absence à l'Assemblée

Alexandre Boudet
On a demandé à des

POLITIQUE - "On note bien les hôtels et les dentistes... Alors pourquoi les députés? En soi, ça ne me pose pas de problème", lance Didier Baichère. "Le souci c'est que dans un contexte de défiance vis-à-vis de la classe politique, ces classements ne correspondent pas à la réalité." Comme vous pouvez l'imaginer, le député n'est pas très bien noté par les sites qui répertorient l'activité des parlementaires.

En jetant un oeil sur celui qui est le plus scruté dans les couloirs de l'Assemblée nationale, mais aussi par les opposants des parlementaires (nosdeputes.fr), on note en effet que l'élu francilien apparaît souvent dans les dernières places du palmarès. Depuis un an qu'il a été élu, c'était le 18 juin 2017, cet ancien DRH n'a été comptabilisé présent que 28 semaines quand certains de ses collègues dépassent 40 semaines de présence. Et il n'a pris la parole dans l'hémicycle qu'à 6 reprises. C'est tout de même quatre de plus que son collègue Jean-François Portarrieu, député de Haute-Garonne qui ne s'est exprimé qu'à deux reprises.

Comme eux, Bruno Bonnell est considéré par ses détracteurs comme "un député fantôme" puisque son activité parlementaire apparaît limitée. Le député du Rhône n'a que 20 semaines d'activité à son compteur, soit une de moins que sa collègue Alice Thourot, élue de la Drôme.

Ces quatre députés LREM ont accepté de commenter leur classement et d'expliquer comment ils voient leur travail de parlementaire. "Si on prenait comme critère le nombre d'interviews, je serais beaucoup plus haut", affirme Bruno Bonnell qui, ce midi là, avait dû interrompre notre rencontre pour intervenir en direct sur l'antenne de RMC. Mais est-ce bien le rôle d'un député de privilégier les médias? Oui, répond sans hésiter le tombeur de Najat Vallaud-Belkacem qui fut un éphémère homme de télévision dans l'émission The Apprentice, sur M6. "Notre mission de transformation est telle que notre devoir de pédagogie est absolu. Le temps que je passe à répondre aux...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post