Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 1424 du jeudi 11 mai 2023 [SPOILERS]

Capture d'écran/TF1
Capture d'écran/TF1

Attention, les paragraphes qui suivent contiennent des spoilers sur l'épisode de Demain nous appartient diffusé demain soir sur TF1 ! Si vous ne voulez rien savoir, ne lisez pas ce qui suit !

Jeudi 11 mai dans Demain nous appartient

UNE VIDÉO COMPROMETTANTE REFAIT SURFACE

Bernard Lutti est mort ! D’après les premières conclusions du médecin légiste, le père de Diego serait décédé naturellement d’un AVC ischémique. Une cause qui n’est pas logique puisque ses constantes étaient plutôt encourageantes avant son décès. Comme ils avaient déjà beaucoup de mal à croire à cette histoire de tentative de suicide, Georges, Karim et Damien décident de mener l’enquête.

Rapidement, Damien constate que la perfusion de Bernard a été percée avec une aiguille. L’injection d’une bulle d’air dans la tubulure a ensuite provoqué une embolie gazeuse puis, par voie de conséquence, un AVC ischémique. Cette hypothèse étant confirmée par le médecin légiste, Bernard Lutti a bel et bien été assassiné.

Au commissariat, Georges n’a trouvé aucun mouvement suspect sur le compte bancaire de Gabriel. Le jeune homme est donc innocenté et sa garde à vue levée.

Non loin de là, Sylvain et Charlie passent du temps dans le jardin lorsqu’ils entendent du bruit. Ces derniers surprennent alors Diego en train de chercher quelque chose dans la terre. En reconnaissant l’adolescent, Charlie appelle Chloé pour qu’elle vienne le chercher.

Chloé arrive immédiatement sur place. Après s'être excusé d'avoir pris la fuite, Diego explique qu’il a eu un flash en faisant son jogging. Comme il pense avoir caché quelque chose dans une boite en bois dans le jardin des Moreno, Sylvain lui montre un nichoir à oiseau accroché à un arbre. Dedans, Diego découvre une carte SD.

Dans le même temps, Chloé reçoit un appel de Karim qui l’informe du décès de Bernard Lutti. En apprenant la terrible de nouvelle, Diego sait au fond de lui qu’il aimait son père même s’il n’a toujours aucun souvenir de lui. En pleurs, il réalise alors qu’il est désormais seul.

Par la suite, Chloé et Diego se rendent au commissariat pour remettre la carte SD au capitaine Saeed. Immédiatement, Georges l’analyse et tombe sur une vidéo dans laquelle on voit Bernard Lutti être agressé puis jeté par-dessus un escalier.

LES PARIS SONT LANCÉS À L’HÔPITAL

Les rapports entre Marianne et Renaud sont toujours aussi tendus. Quand le docteur Dumaze demande à Christelle de vérifier le dossier d’un patient de manière désagréable, Marianne ne peut s’empêcher de lui faire une remarque. Rapidement, le ton monte et ils finissent par se donner en spectacle devant le personnel.

Plus tard, Marianne et Renaud se croisent dans les couloirs de l’hôpital. Une fois n’est pas coutume, le couple s’accable de reproches. Si Renaud en veut à sa femme de ne pas avoir repoussé les avances de Sébastien, Marianne regrette quant à elle qu’il lui ait collé son poing dans la figure. Toutefois, si c’était à refaire, Renaud n’hésiterait pas un instant. Un comportement qui ne plaît pas du tout à Marianne qui ne supporte plus l’orgueil masculin de son mari. Bien qu’agacée, elle demande malgré tout pardon à Renaud pour lui avoir menti puis l’enjoint à présenter ses excuses à Sébastien, histoire d’en finir. Ce qu'il refuse catégoriquement.

Dans l’après-midi, Marianne reçoit la visite de Christelle. L’occasion pour elle de se confier sur ses problèmes de couple. Quand Christelle cherche à savoir si elle a eu une liaison avec le procureur Perraud, Marianne affirme que non. Une réponse qui ne convainc pas vraiment l’assistante sociale. Selon elle, le docteur Delcourt a forcément eu une aventure pour que Renaud soit dans un état pareil. Estimant qu’elle n’a aucun compte à rendre à personne, Marianne met un terme à la conversation en priant sa collègue de la laisser tranquille.

Cependant, Christelle est la reine des commérages et il ne lui faudra pas bien longtemps pour parler des tensions qui existent entre Marianne et Renaud à tout le monde. Qui de Marianne ou Renaud s’excusera en premier ? Les paris sont lancés et autant dire que nombreuses sont les personnes à miser sur Renaud.

Quand elle découvre ce petit jeu, le docteur Delcourt décide de miser 50 euros sur Renaud car elle n’a aucune intention de s’excuser.

ROXANE BLESSE ADÈLE

Roxane n’aime pas du tout le tableau de famille qu’Adèle a peint. Comme Adèle et Bart doivent venir déjeuner chez elle, la jeune maman se voit dans l’obligation d’accrocher l’œuvre au mur de son salon. Au moment où elle pose le tableau sur le clou planté au mur, Roxane déchire la toile. Comme le temps presse, Sara et Roxane décident donc de camoufler le trou avec du gros scotch.

Dans la foulée, Bart et Adèle débarquent. Pendant que tout le monde contemple l’œuvre d’Adèle, le fils Vallorta s’aperçoit qu’il a oublié les lasagnes pour le déjeuner au Spoon et il charge donc Mona de les lui amener. Si jusqu’à présent personne ne s’était aperçu de l’accro sur la toile, il ne faut pas bien longtemps à la mère de Georges pour le remarquer. Mal à l’aise, Roxane présente immédiatement ses excuses à Adèle.

En rentrant, Adèle confie à Bart que cet accident est un acte manqué. En effet, elle a bien senti que Roxane n’aimait pas sa toile. Dans la mesure où elle regrette de ne pas avoir fait quelque chose de plus simple, Bart, qui juge le tableau magnifique, lui assure qu’elle a beaucoup de talent.

Pendant ce temps, Sara et Roxane utilisent le tableau d’Adèle pour faire rire leur fille.

Lire la suite sur AlloCiné

Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 1423 du mercredi 10 mai 2023 [SPOILERS]

Demain nous appartient : "Je n'ai pas bien compris ce choix", Charlotte Gaccio réagit à la mort d’Alma

Ici tout commence : ce qui vous attend dans l'épisode 664 du lundi 15 mai 2023 [SPOILERS]

HPI sur TF1 : les 5 premiers épisodes de la saison 3 déjà disponibles en avance

Un Si Grand Soleil déprogrammé : comment voir l’épisode du vendredi 12 mai ?

"Je suis admirative de sa parole, ses combats" : Garance Marillier réagit à la lettre d'Adèle Haenel