Delta a largement remplacé les trois autres variants préoccupants, selon l'OMS

·2 min de lecture

"Le virus prédominant qui circule actuellement est le variant Delta", a déclaré la directrice de l'équipe technique Covid-19 à l'OMS, Maria Van Kerkhove, lors d'une séance de questions/réponses sur les réseaux sociaux.

Le variant "préoccupant" Delta, présent dans 185 pays, a largement pris la place des trois autres variants "préoccupants", Alpha, Bêta et Gamma, qui représentent désormais chacun moins de 1% des cas séquencés, a déclaré le 21 septembre 2021 l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les trois autres variants préoccupants représentent chacun moins de 1%

Tous les virus, y compris le SARS-CoV-2 responsable du Covid-19, mutent avec le temps. L'apparition, fin 2020, de variants qui présentaient un risque accru pour la santé publique mondiale a conduit l'OMS à caractériser des variants "à suivre" et d'autres comme "préoccupants", afin de hiérarchiser les activités de surveillance et de recherche au niveau mondial. "Le virus prédominant qui circule actuellement est le variant Delta", a déclaré la directrice de l'équipe technique Covid-19 à l'OMS, Maria Van Kerkhove, lors d'une séance de questions/réponses sur les réseaux sociaux. Les trois autres variants préoccupants - Alpha, Bêta et Gamma - représentent ainsi chacun moins de 1% des séquences actuellement disponibles, selon l'OMS. "Ce virus est devenu plus fort, il est plus transmissible et il est en train de concurrencer, de remplacer les autres virus qui circulent", a-t-elle ajouté, en précisant qu'il avait été signalé dans 185 pays.

Trois variants déclassés

Actuellement, l'OMS considère que quatre variants sont "préoccupants". L'organisation considérait par ailleurs jusqu'à présent que cinq autres variants (Êta, Iota, Kappa, Lambda et Mu) étaient "à suivre". Mais trois d'entre eux - Êta, Iota, Kappa - viennent d'être déclassés, a annoncé Mme Van Kerkhove. L'Organisation a décidé de nommer les variants "à suivre" ou "préoccupants" à l'aide de lettres de l'alphabet grec, afin d'éviter toute stigmatisation d'un pays en particulier et de permettre au grand public de prononcer les noms plus facilement.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles