"Je me dirigerais vers une femme si je ne suis plus en couple avec Roger" : Delphine Wespiser, retour sur ses déclarations

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·7 min de lecture
Getty
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des ses amours à ses engagements en passant par le concours Miss France, Delphine Wespiser n'a pas peur de dire ce qu'elle pense. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, la chroniqueuse émeut autant qu'elle fait rire avec ses déclarations. Retour sur ses prises de parole qui ont fait parler . 

Delphine Wespiser n’a pas la langue dans sa poche. Chroniqueuse dans "Touche pas à mon poste", l’ancienne Miss France n’est plus à une déclaration surprenante près. Un franc-parler bien loin du comportement qui pourrait bien faire perdre son chapeau à Genevieve de Fontenay. En couple avec un certain Roger, de 26 ans son aîné, la jolie brune a fait une confidence inattendue sur ses amours si elle devait être à nouveau célibataire. Mardi 26 octobre 2021, elle a ainsi lancé sur le plateau de C8 : "Ces derniers jours, j'ai réfléchi à un truc, et je ne sais pas si certaines femmes dans le public pensent pareil que moi… Mais je pense que je me dirigerais vers une femme si un jour je ne suis plus en couple avec Roger". Une déclaration à laquelle Géraldine Maillet a réagi en se tournant vers Cyril Hanouna : "Avouez que cette déclaration de Delphine vous excite tous". Ce à quoi, l’animateur a répondu : "Alors là non, pas du tout. Delphine, pour moi, elle est asexuée, et elle le sait". Ce n’est pas la première fois que la chroniqueuse fait des déclarations surprenantes dans TPMP. Le 19 octobre 2021, c’est sur le "Judukuku" qu’elle s’est laissée aller à quelques confidences. Un petit jeu au cours duquel la joyeuse bande doit répondre le plus vite possible à des questions personnelles et insolites. Invitée à dévoiler "trois choses que tu cries pendant le sexe", l’ancienne Miss a lancé : "C’est trop bon, tape dans le fond". Il n’en fallait pas plus pour que l’audience ait un fou rire.

Vidéo. (Re)découvrez le parcours de Delphine Wespiser

Le coup de gueule de Delphine Wespiser contre la police 

Et lorsque l’influenceuse ne se lance pas dans des déclarations sur ses amours, elle n’hésite pas à prendre part à des débats de société. Récemment, elle a poussé coup de gueule contre le manque de sécurité en France. Victime d’un vol à la tire dans la soirée du vendredi 8 octobre 2021 à Mulhouse, elle s’est emparée de son compte Instagram. En colère, elle a lancé : "Je viens de me faire agresser dans la rue. En un tour de passe-passe, ma montre a disparu. Marre de ce pays ! Que fait la police ? Nous avons tourné une heure pour retrouver mon agresseur et nous n'avons pas vu une seule patrouille de police pendant tout ce temps". Une prise de parole loin d’avoir plu aux forces de l’ordre. Par le biais d'un communiqué de presse publié sur les réseaux sociaux. Michel Corriaux, secrétaire régional Grand-Est du syndicat de police Alliance, lui a répondu. Déplorant "une polémique stérile", il a lui a rappelé "que nos collègues sont engagés quotidiennement et sans relâche pour la sécurité des Français au péril de leur vie", avant de demander "des excuses publiques" à celle qui aurait "jeté l'opprobre" sur la police. Une agression et un discours sur lequel elle est revenue. "Plein de fois, je vais promener mon chien à 2h du matin, je ne le ferai plus ! J'ai vraiment eu peur, je suis dégoûtée. Quand j'étais jeune, on m'a toujours dit : 'Fais attention, faut pas parler aux inconnus'. Puis en grandissant, la personne, à partir du moment où on lui parle, elle n'est plus inconnue, ouvrons-nous. Mais en fait, il ne faut pas, il ne faut pas avoir peur des gens en fait. Je suis hyper choquée, je suis dégoûtée", a-t-elle confié dans TPMP.

Delphine Wespiser choquée par son agression

Quant à son post Instagram, elle a expliqué l’avoir fait "sur le coup, j'étais choquée, j'ai écris ça, mais cette phrase 'Que fait la police ?', c'est une phrase que toutes les victimes peuvent dire parce que, quand il nous arrive ça. "On aimerait que la police soit devant nous. Mais elle ne pouvait pas, je ne l'ai pas appelée. Mais je me suis dis : 'Pourquoi c'est arrivé à moi ?' Je diffuse de la bienveillance, j'essaye de travailler dur. Ça arrive à tout le monde, n'importe où, même devant sa porte". Avant d’ajouter : "Je me suis dit que ça m'est arrivée peut-être pour répondre à cette question, 'Que fait la police ?'. J'ai vu ce qu'elle a fait puisque j'ai passé toute la nuit au commissariat,. J'ai parlé avec eux, j'ai su que si je n'ai pas vu la police c'est parce que vous avez plein de voitures banalisées. J'ai vu des gens hyper engagés, hyper courageux. Je pense que, aujourd'hui, les gens ne légitiment plus autant la police parce que vous avez pas assez de moyens, de personnes". Une prise de parole qu’elle a conclu par : "Il y a les victimes de l'insécurité, c'est les gens, et c'est aussi la police parce qu'elle doit avoir plus de moyens".

Vidéo. Delphine Wespiser confie une anecdote particulièrement gênante dans TPMP

Delphine Wespiser engagée pour la cause animale

Parmi ses combats, la chroniqueuse de Cyril Hanouna pousse souvent des coups de gueule contre la maltraitance animale. En janvier 2021, la jeune femme a eu du mal à retenir ses larmes sur le plateau en évoquant la chasse à courre. Une pratique qu’elle a jugée "sadique" et qui ne représente que "1% de la chasse nationale". Selon elle, elle consiste à "se faire plaisir" et concerne "des gens qui ont de l'argent". "Ils vont choisir un seul animal et ils vont lui courir après toute la journée, et au bout d'un moment (...) l'animal va s'arrêter, et là il va être accueilli par des gens, par des chiens qui vont le bouffer d'en-dessous, l'animal va se coucher et là vous allez venir fièrement, vous allez poser un billet et vous allez l'égorger avant de le regarder une dernière fois". Un témoignage qui a ému la Toile, et qu’elle a poursuivi : "Je suis petite-fille de chasseur et mon grand-père c'est la personne que j'aimais le plus au monde", a-t-elle confié, très émue. "À chaque fois qu'il partait à la chasse, je lui demandais de ne pas tirer. Pour moi, parfois il le faisait, mais parfois il ne le faisait pas". Quant au chasseur présent sur le plateau de C8, elle lui a lancé : "En plus vous êtes un jeune, j'ose même pas vous regarder, je ne comprends pas que les jeunes puissent encore soutenir ça, ça me dégoûte, je suis désolée. Ça sert à rien, c'est du sadisme en fait".

Face aux polémiques, Delphine Wespiser défend le concours Miss France

Récemment, l'influenceuse a pris la défense du concours Miss France attaqué par une association féministe. "Vous parlez tous, vu de l'extérieur. Je vous parle vu de l'intérieur, il y a une préparation d'un mois. Est-ce que vous savez tous les cadeaux qu'on reçoit ? Il y a des filles qui n'ont jamais pris l'avion. On va dans des destinations de rêve. On est hyper heureuses. Tous les soirs, on a un petit cadeau sur le lit. On est vraiment gâtées. Et ça, ça n'a pas de valeur", a-t-elle commencé. Avant de poursuivre : "L'expérience Miss France, ça n'a pas de valeur. C'est une personne par région, par année. Rien que ça, c'est fantastique. Toutes les jeunes filles qui regardent l'émission rêvent de faire ça. Et ça, ça n'a pas de valeur. Si maintenant vous dites : 'Je pose 5000 euros sur la table pour participer à Miss France', c'est impossible. Regardez la beauté de tout ça". Une aventure qui a changé sa vie et lui a permis de vivre "quelque chose d'incroyable" : "Les filles qui gagnent, et même celles qui ne gagnent pas, les dauphines, elles gagnent un job en fait, parce que toutes ces filles-là, elles continuent de travailler. Les dauphines aujourd'hui sont influenceuses et gagnent très bien leur vie. Et toutes les autres, c'est soit actrice, animatrice... C'est intemporel, c'est un tremplin et encore pendant 10, 20, 30 ans on peut être sur ce tremplin-là", a-t-elle conclu.

À lire aussi :

>> Benjamin Castaldi : le chroniqueur violemment critiqué par ses camarades sur le plateau de TPMP

>> Alexia Laroche-Joubert veut que les Miss France "véhiculent l'image de femmes modernes"

>> Vaimalama Chaves agressée : l’ex-miss France revient sur la tentative de vol qu’elle a subie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles