Delphine Jubillar : cette phrase à glacer le sang glissée par un gendarme à une habitante de Cagnac

·1 min de lecture

Cinq mois après la disparition de Delphine Jubillar, ses proches continuent à se mobiliser pour tenter de la retrouver. L'infirmière de 33 ans n'a plus donné signe de vie depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Ce dimanche 16 mai, une nouvelle battue était organisée dans les environs de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, à l'initiative de ses plus proches copines. Cette fois-ci la soixantaine de participants a décidé d'investiguer aux alentours d'une vaste zone forestière, située non loin du cimetière Saint-Dalmaze. Un lieu "relativement accidenté", "boueux et glissant", qui n'a pas manqué de soulever de nombreuses interrogations parmi les personnes ayant pris part à cette cette opération, comme le rapporte Le Parisien : "Nous sommes quand même très loins de la première route et du premier parking" a observé une participante après quelques dizaines de minutes de marche. "Comment une personne aurait-elle pu transporter en pleine nuit le corps de Delphine Jubillar sur un parcours aussi difficile ?" s'est-elle interrogée.

Une question à laquelle Elisabeth, une autre habitante de Cagnac, a évoqué une hypothèse qui a de quoi glacer le sang : "Un ami gendarme m'a dit qu'il était possible qu'un meurtrier développe, après son crime, une force presque surnaturelle pour dissimuler son acte".

La présence surprise de Cédric Jubillar

A noter que Jean-Baptiste, cueilleur de champignons et grand connaisseur de la forêt a de son côté fait savoir que son pendule (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Une tronçonneuse et une faucille ! Une femme terrorisée par son compagnon, violent et ivre
Delphine Jubillar : cette information sur la localisation de son corps qui a été transmise à la gendarmerie
Le frein à main lâche, un jeune couple se retrouve endeuillé
Loto : cet étrange tic nocturne d'un jeune couple millionnaire
Une jeune maman craque en pleine nuit et s'en prend à ses filles de huit ans et huis mois