Delphine Jubillar : le mystère plane toujours autour de sa disparition

Cagnac-les-Mines (Tarn) retient toujours son souffle, près de deux mois après la disparition mystérieuse de Delphine Jubillar, une jeune infirmière de 33 ans. Mariée et mère de deux jeunes enfants, elle a disparu le 16 décembre dernier. Les volets de la maison sont désormais clos, la famille est partie vivre chez des proches. Les habitants de la commune, eux, redoutent le pire. "On a peur, si c’est un rôdeur, si quelqu’un de mal intentionné traîne", témoigne une voisine. Aucun indice Le 16 décembre, le mari de Delphine Jubillar, inquiet, appelle à 4h30 du matin les gendarmes, auxquels il aurait expliqué qu’elle était "sortie promener les chiens" vers 23 heures avec ses clés et son téléphone ; les chiens seraient "rentrés seuls". Les chiens pisteurs de la gendarmerie auraient ensuite repéré la trace de Delphine Jubillar jusqu’à un panneau stop. Puis des battues sont organisées et les gendarmes passent au peigne fin la résidence du couple, sans succès. En instance de divorce, la jeune femme avait noué une relation sur Internet avec un homme. Interrogé, ce dernier a fourni un alibi et indiqué que Delphine Jubillar avait également un autre ami. Ce troisième homme a lui aussi été longuement interrogé, puis relâché. Il avait activement participé aux battues. "La famille n’a pas trop apprécié donc je me suis écarté", confie-t-il aux équipes de France Télévisions.