Delphine Jubillar : L'analyse ADN cruciale de la voiture blanche enfin dévoilée !

Sans scène de crime ni corps, l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar avance péniblement malgré toute la mobilisation des forces de l'ordre, de la justice et des proches de l'infirmière de Cagnac-les-Mines qui n'a plus donné de signe de vie à partir du 16 décembre 2020. La voiture blanche d'un proche de Cédric, le mari de la victime, laissait l'espoir d'indice probant afin de retrouver l'ADN d'un suspect depuis l'automne 2021. Le véhicule a été minutieusement analysé durant des mois et les résultats viennent d'être dévoilés aux médias.

La Dépêche du Midi, qui a pu se procurer le procès-verbal de l'expertise, a révélé l'expertise de la voiture qui aurait potentiellement pu servir à transporter le corps de Delphine Jubillar durant cette nuit fatidique de décembre. Il s'agit d'une Peugeot 306 que Cédric utilisait parfois et avec facilité puisque son propriétaire laissait les clés dans l'engin. "Aucune trace de sang, aucun ADN appartenant à Delphine Jubillar ou à Cédric n'ont été retrouvés dans ce véhicule. Les sept endroits dans l'habitacle qui intéressaient les enquêteurs, notamment les sièges, ne recèlent aucune trace susceptible de valider la thèse d'un transport du corps de l'infirmière disparue", écrit le quotidien.

L'hypothèse selon laquelle l'époux de l'infirmière tarnaise, avec qui il était en procédure de divorce, aurait transporté son corps pour le faire disparaître est donc invalidée par les analyses. Reste un...

Lire la suite


À lire aussi

Mort d'Ivana Trump : D'étranges "blessures sur le torse", les causes du décès enfin dévoilées
Amir papa pour la deuxième fois : sa belle Lital a accouché, le sexe du bébé (enfin) dévoilé
Cendrine Dominguez fiancée : l'identité de son amoureux mystère enfin dévoilée !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles