Deep Time : retour à l’air libre après 40 jours de confinement

Marie Origas, Journaliste
·2 min de lecture

Après 40 jours passés sous terre, dans la grotte de Lombrives en Ariège, les quinze volontaires de la mission scientifique « Deep Time », ont revu la lumière du jour ce samedi. Accueillis à leur sortie par un ciel éclatant et une lumière éblouissante, ils étaient munis de lunettes de soleil pour se protéger. Ils reviennent avec des informations précieuses sur le fonctionnement du cerveau et de son rapport au temps.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

En effet, les scientifiques à l'initiative de ce projet ont voulu savoir comment un collectif d'individus s'adapte aux conditions anomiques suivantes : isolés sans nouvelles de l'extérieur, sans aucun repère temporel, dans une température ambiante de 10 °C et avec taux d'humidité de 100 %. Pendant cette aventure, de nombreuses mesures biologiques ont été régulièrement effectuées sur les participants — température corporelle, taux de cortisol et de mélatonine. Ces derniers ont aussi dû porter sur leur crâne un électroencéphalogramme pour analyser notamment leurs performances cognitives et leurs cycles de sommeil. Mais l’enjeu de cette mission était surtout d'évaluer la capacité de ce groupe à fonctionner ensemble, dans un milieu nouveau. 

Pour l'instant, d’après les premiers témoignages, « tout le monde va bien », mais leur cycle de sommeil a été décalé et tous n'ont pas vécu au même rythme. Quid de leurs fonctions cognitives et de leurs états émotionnels ? À quel point ont-ils été affectés ? Les données obtenues sont actuellement en cours d'analyse. Si vous souhaitez en savoir plus : vous pourrez écouter le podcast dédié à cette mission sur la chaîne youtube « Adaptation institute » et suivre le 5 mai, à 18 h 30, en live sur facebook, twitch et youtube, l'évènement proposé par Futura pour l'occasion. Au programme, vous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura