Deep Time : une aventure hors du temps dans entrailles de la Terre

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Depuis quelques jours, la situation épidémique de notre pays se dégrade à nouveau. Et alors que nous craignons tous que nous soit imposé un nouveau confinement, eux ont choisi de se confiner — alors même qu’ils ont été testés négatifs. Pendant 40 jours. Au fond d’une grotte. Froide et humide. Eux, ce sont les 15 participants à l’expédition scientifique et humaine Deep Time. « Sept femmes et sept hommes âgés de 27 à 50 ans. Conduits par Christian Clot, l’initiateur du projet et leader de l'expédition », nous précise Jérémy Roumian, directeur des opérations à l’institut de recherche Human Adaptation.

Depuis deux semaines, lui-même campe avec une équipe de bénévoles à l’extérieur de la grotte de Lombrives (Ariège), l’une des plus vastes grottes d’Europe. Pour veiller sur le groupe. En toute discrétion. Car, au-delà du fait que le groupe est totalement privé de lumière du jour et d’informations de date et d’heure, « le protocole exige que le lien avec l’extérieur soit totalement coupé ». C’est indispensable si les chercheurs associés à la mission veulent pouvoir en tirer des conclusions solides.

« Les confinements et les restrictions dus à la Covid-19 ont plongé 70 % des personnes dans des états de fatigues mentales légères à profondes. Ils ont même fait perdre la notion du temps à près de 40 % des personnes », nous rapporte Jérémy Roumian, se basant sur les résultats de l’étude Covadapt menée par l’équipe de Human Adaptation. « Ce n’est pas très étonnant dans le monde complexe et rempli d’incertitudes dans lequel nous évoluons aujourd’hui. » Et c’est pourquoi il apparaît plus que jamais important de mieux comprendre, à la fois la capacité de synchronisation fonctionnelle d’un groupe placé en situation d’anomie temporelle et la capacité de perception et de projection dans le temps des individus qui le composent. D’un point de vue biologique, bien sûr. « Mais surtout cognitif, car c’est un domaine que l’on connait encore très mal aujourd’hui », souligne le directeur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura