Déconfinement: doit-on craindre une pénurie de vélos en France?

Doit-on craindre une pénurie de vélos avec le déconfinement?

TRANSPORTS - Après sept semaines de confinement, les routes de France se remplissent petit à petit depuis ce lundi 11 mai, jour du début du déconfinement. Nombreux sont ceux à avoir repris leurs voitures et les transports en commun pour retourner au travail. Toutefois, les vélos ne sont pas en reste et ont la cote en magasin et en ligne. Les géants de l’équipement sportif que sont Go Sport et Decathlon ont remarqué un net intérêt des Français pour leurs bicyclettes et VTT.

Alors doit-on s’attendre à une pénurie comme on avait pu l’observer au début du confinement pour des produits tels que les pâtes ou le papier toilette? Les deux enseignes ont répondu aux questions du HuffPost

Une augmentation des ventes de 300%

Cet engouement pour le vélo a commencé pendant le confinement. “Les ventes de vélos sur internet ont augmenté de 300% au cours de cette période”, nous annonce-t-on chez Go Sport. ″Ça a été un déclic vraiment fort, on s’est dit que ce ne sera plus comme avant, qu’il y aura un avant et un après pour la catégorie vélos”, a assuré à l’AFP Benoît Legrand, directeur du réseau chez Go Sport.

De son côté, Decathlon explique au HuffPost “noter depuis quelques jours un intérêt très significatif pour les vélos adultes. Deux modèles se retrouvent dans le top des commandes: le VTT Rockrider ST 520 ainsi que le vélo électrique ELOPS 900 E”. 

Au-delà de la volonté des citadins d’éviter les transports en commun en pleine pandémie, Decathlon note que “l’année 2019 fut une belle année pour le cycle”, avec “une croissance à quasi deux chiffres”, et que la tendance pourrait bien se confirmer en 2020.

Pour Olivier Tenet, propriétaire d’une boutique de vélos à Saint-Germain-en-Laye, la période des gilets jaunes et celle des grèves de transport en Île-de-France avaient d’ailleurs déjà bien préparé les vélocistes. Lui-même avait constaté une recrudescence des demandes à ces périodes, a-t-il témoigné auprès de l’AFP.

Et le gouvernement veut l’encourager, en témoigne sa décision fin...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post