#Deboutlesfestivals : Quand les festivals dénoncent leurs conditions d'organisation impossibles

Mathilde Pereira Karsenti
·Journaliste rédactrice au service Culture
·3 min de lecture
Les organisateurs de festivals se mobilisent pour dénoncer la mesure des festivals assis adoptée par Roselyne Bachelot le 18 février 2021. (Photo: Capture d'écran / Twitter / @YannBertrand)
Les organisateurs de festivals se mobilisent pour dénoncer la mesure des festivals assis adoptée par Roselyne Bachelot le 18 février 2021. (Photo: Capture d'écran / Twitter / @YannBertrand)

FESTIVALS - Alors que la saison des festivals approche à grands pas, une vague de soutien à leurs organisateurs et aux artistes se propage sur internet. Dénonçant des conditions impossibles à mettre en place en limitant le nombre de spectateurs à 5.000 et en les contraignant à rester assis, ces derniers partagent le hashtag #DeboutLesFestivals accompagné de photos de chaises vides sur les réseaux sociaux.

Le 18 février dernier, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, avait annoncé sur France Culture que les festivals du printemps et de l’été pourraient avoir lieu mais en configuration assise et avec une limite de 5.000 spectateurs. De quoi agacer de nombreux professionnels du secteur pour lesquels “un festival assis n’a aucun sens”, comme l’expliquait le musicien et producteur Yuksek au HuffPost fin février.

Pour tenter de faire pression sur les mesures gouvernementales de nombreuses photos ont été publiées sur Twitter par les organisateurs des festivals de musique tels que Lollapalooza Paris, Rock en Seine, le Festival Interceltique de Lorient, We Love Green et bien d’autres.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Si le maintien des festivals annoncé dans des conditions particulières a permis à certains organisateurs de se projeter, certains ont tout de même décidé de jeter l’éponge. C’est le cas des Solidays qui a réuni 228.000 personnes en 2019, du Hellfest ou encore de Garorock Expérience.

D’autres festivals, en revanche, ont annoncé maintenir leur événement, en transformant leur offre, à l’instar du festival des Vieilles Charues à Carhaix dans le Finistère, qui sera étalé sur dix jours. Ces différentes réactions aux contraintes dictée...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.