Le deal juteux entre Matignon et les principaux instituts de sondages

Edouard Philippe et ses ministres vont pouvoir laisser libre cours à leur goût des sondages. Le 6 août dernier, la réponse du Premier ministre à une question écrite du député socialiste Régis Juanico révélait que Matignon avait commandé pas moins de 159 enquêtes d’opinion auprès de divers instituts, entre le 15 mai 2017 - jour de la prise de fonction d'Edouard Philippe - et la fin de l’année 2018. A priori, le chef du gouvernement devrait avoir les moyens de poursuivre à ce rythme, durant l'acte II du quinquennat. Et pour cause : comme l’a écrit La Lettre A, le Service d’information du gouvernement (SIG) - rattaché à Matignon, il est chargé d’orchestrer la communication de l’exécutif - vient d'attribuer une enveloppe globale de 13,9 millions d'euros à six instituts de sondage, heureux lauréats de l'appel d'offres "Prestations d'enquêtes et d'analyses d'opinion" du gouvernement. Précision importante, il s'agit d'un montant estimatif maximum, qui pourrait être revu à la baisse si le volume des commandes est plus faible que prévu.

Les six instituts sélectionnés couvriront, pour trois ans, les besoins en sondages de Matignon, ainsi que des seize ministères du gouvernement. Cinq entités publiques sont également concernées par la commande d'enquêtes d'opinion : la Direction interministérielle de la transformation publique, la Direction de l’administration pénitentiaire, la Délégation à la sécurité routière, l’Agence du service civique et le Défenseur des droits.

Ipsos et l'Ifop principaux bénéficiaires

Dans le détail de l'appel d'offres, Ipsos a remporté 3 des 10 lots disponibles, ce qui assure à cet institut une manne potentielle de 4,2 millions d’euros. De son côté, l’Ifop a hérité du lot principal - les enquêtes téléphoniques - et pourrait s’adjuger 4 millions d’euros. Le reste des lots est notamment réparti entre BVA (1,8 M) et le duo OpinionWay (1,3 M) - Harris Interactive (1,2 M), qui, à eux deux, trustent le marché des enquêtes d’opinion sur internet.

>> À lire aussi

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sondages d'Edouard Philippe : Matignon lève un coin du voile
Brexit : les discussions entre Boris Johnson et l’Union européenne dans une impasse ?
Commerce: le calme après la tempête dans le conflit entre Chine et Etats-Unis?
Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois
Brexit : le no deal plus probable, Bruxelles inflexible sur la question de l’Irlande