Deadpool 2 sur TF1 : on regarde ou pas ?

·1 min de lecture

En 2016, Deadpool avait créé la surprise en dynamitant la galaxie Marvel et en tournant en dérision les films de super-héros. Interdite aux mineurs dans de nombreux pays, en raison de sa violence, cette œuvre irrévérencieuse prenait pour héros… un anti-héros drôle et déjanté, qui s’adressait au public via la caméra. Deux ans après ce succès surprise au box-office, avec près de 800 millions de dollars de recettes mondiales, une suite encore plus réussie sortait sur les écrans : Deadpool 2. Toujours aussi impertinent et nihiliste, le vengeur masqué rempile dans ce second volet pour se moquer des justiciers en combinaisons moulantes. Impossible, après ça, de regarder des adaptations de comics au premier degré !

C’est l’un des points forts de ce deuxième opus. Ryan Reynolds arbore à nouveau le costume écarlate de Deadpool dans ce film loufoque où il lance de nombreux clins d’œil aux spectateurs (notamment lors du générique de fin qui rappelle que l’acteur canadien a déjà incarné un super-héros dans le nanar Green Lantern). Après avoir joué Thanos, le grand méchant de la saga Avengers, Josh Brolin interprète encore ici un vilain : Cable, un cyborg avec un œil et un bras bioniques, venu, comme le Terminator, du futur pour éliminer un gamin. Zazie Beetz (la voisine de Joaquin Phoenix dans Joker) complète la distribution dans le rôle de Domino, une mutante dont le seul pouvoir est d’être incroyablement chanceuse !

Cette production Marvel a été confiée à David Leitch, un cascadeur chevronné (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Alain Delon avoue qu'il vit mal le confinement : "Je déteste ce à quoi on nous oblige"
Michael J. Fox (Retour vers le futur) : ses confidences sur sa mémoire "ruinée" par la maladie de Parkinson
Kate Winslet établit un record hallucinant sur le tournage d'Avatar 2, et bat Tom Cruise !
Décès de Sean Connery : pluie d'hommages sur les réseaux sociaux
Olivier Marchal pas tendre avec la France : "Ce pays est devenu d'une tristesse absolue"