Avant "De Gaulle", on n'avait (presque) jamais vu de Gaulle au cinéma

Louise Wessbecher
Lambert Wilson sur le tournage de

CINÉMA - “De Gaulle structure l’imaginaire politique et historique français, mais il n’alimente absolument pas l’espace fictionnel”. Le cinéaste Gabriel Le Bomin fait voler en éclat ce paradoxe avec son film “De Gaulle”, au cinéma ce mercredi 4 mars. Il y narre les quelques semaines qui précèdent l’appel du 18 juin 1940 avec Lambert Wilson en Charles de Gaulle et Isabelle Carré dans le rôle d’Yvonne.

Il est vrai que 50 ans après la mort du général, rares sont les réalisateurs à s’être emparés de ce personnage politique français. Outre une poignée de téléfilms et de séries documentaires (avec parfois un brin de fiction) sur France Télévision ou Canal+, Charles de Gaulle est quasi absent du grand écran – sauf peut-être lorsqu’on le voit, de dos, dans “L’Armée des ombres” de Jean-Pierre Melville en 1969...

De Gaulle, “une statue”

“De Gaulle structure l’imaginaire politique et historique français, mais n’alimente absolument pas l’espace fictionnel. Les gens le regardent comme une statue et on s’attaque difficilement à une statue”, explique le réalisateur Gabriel Le Bomin au HuffPost. Un avis partagé par le journaliste et historien politique Eric Roussel qui avançait au Point: “Il a une dimension légendaire, sacrée, une singularité qui le rend plus difficile à représenter en fiction.” Figure de la France, Charles de Gaulle a pour beaucoup davantage sa place dans les livres d’histoire et les documentaires qu’au cinéma.

Mais les freins ne s’arrêtent pas là. La raison économique semble aussi entrer en jeu. “Les investisseurs et les producteurs redoutent souvent le film épique, historique et en costume. C’est compliqué et ça coûte cher”, estime Gabriel Le Bomin. Avant lui, Jean-Pierre Guérin, producteur du téléfilm “Le Grand Charles” avec Bernard Farcy diffusé sur France 2 en 2006, évoquait déjà le même argument: “Un film sur la vie entière du général de Gaulle, c’est impossible, trop cher. Il faudrait se concentrer sur un angle précis, mais, même là, ce serait une fresque à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post