David Hallyday désabusé : « J'en ai marre de l'agressivité ambiante »

·1 min de lecture

Alors que beaucoup auraient renoncé à un tel projet, David Hallyday a maintenu le cap. Le fils de Johnny Hallyday sort un nouvel album intitulé Imagine un monde en pleine crise sanitaire. Coup de chance, les disquaires et magasins culturels peuvent à nouveau ouvrir leurs portes ce samedi 28 novembre, et permettre aux Français de débuter leurs achats de Noël. Un nouvel opus qui fait écho à la situation inédite actuellement traversée par le pays. "Il m'a été inspiré par les crise que nous traversons, sanitaire, écologique, économique, sociale... Je crois depuis longtemps qu'on arrive au bout d'un système" analyse-t-il dans les colonnes du Parisien ce vendredi 27 novembre.

La crise sanitaire a beaucoup fait réfléchir le père d'Ilona et Emma Smet. Pour lui, les choses doivent évoluer, et la vie d'avant doit être réinventée. "Le confinement m'a permis d'enfoncer le clou de mes convictions sur l'ancien monde et sur le nouveau monde qu'il faut bâtir. Mais j'en ai marre de l'agressivité ambiante, je voulais envoyer un message positif. J'en ai besoin et les gens aussi je pense" a-t-il expliqué.

Très différent de son dernier album J'ai quelque chose à vous dire inspiré par la mort de son père Johnny Hallyday il y a trois ans, ce nouvel opus se veut résolument plus joyeux et optimiste. Un album qui ne ressasse pas le passé mais résolument tourné vers l'avenir. L'occasion pour les nombreuses personnes qui souffrent de la situation actuelle de prendre une bonne dose d'énergie, entre solidarité, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Roi de Thaïlande : le terrible sort de son ex-épouse Srirasmi rappelé à son souvenir
« Petit merdeux » : quand Gérald Darmanin était attaqué par l’un des barons de la droite
Mort de Christophe Dominici : suicide ou maladresse ? Ces analyses tant attendues
VIDÉO - « On va aller boire », Thomas Sotto dépité à la fin de Vous avez la parole
« J'ai une certaine pudeur » : Eric Dupond-Moretti épingle David Pujadas et LCI sur son patrimoine