David Dushman, dernier libérateur survivant du camp d'Auschwitz, est décédé

·2 min de lecture

Aux commandes de son char, David Dushman avait participé le 27 janvier 1945 à la libération du camp d'Auschwitz situé en Pologne alors occupée par les nazis, où se trouvaient quelque 7.000 survivants. Il avait alors 21 ans.

David Dushman, dernier libérateur encore en vie du camp de concentration nazi d'Auschwitz et un escrimeur de talent, est décédé à l'âge de 98 ans. M. Dushman, Russe de confession juive, s'est éteint à Munich dans le sud de l'Allemagne où il résidait depuis plusieurs années, a indiqué dimanche la commanauté juive de la ville. "Tout temoin de cette époque qui nous quitte est une grande perte, mais prendre congé de David Dushman est particulièrement douloureux", a réagi l'une des principales voix de la communauté juive en Allemagne, Charlotte Knobloch, qui préside la communauté de Munich. "Il a fait partie en tant que 'héros d'Auschwitz' des libérateurs du camp de concentration et a sauvé d'innombrables vies", a poursuivi Mme Knobloch, une survivante de l'holocauste. "Il était l'un des derniers à pouvoir raconter ces événements à partir de sa propre expérience", a-t-elle poursuivi, regrettant la perte "d'un homme courageux et honnête".

Originaire de l'ancienne Union soviétique, David Dushman était soldat pendant la Seconde Guerre mondiale et a combattu les armées du IIIè Reich. Il a notamment participé à la meurtrière bataille de Stalingrad, perdue par l'Allemagne nazie. Aux commandes de son char, il participe le 27 janvier 1945 à la libération du camp d'Auschwitz situé en Pologne alors occupée par les nazis, où se trouvent quelque 7.000 survivants. Il a alors 21 ans. Plus d'un million de victimes ont péri dans ce camp de concentration.

Meilleur escrimeur de l'Union soviétique en 1951

Après des études de médecine et de sport, il devient le meilleur escrimeur de l'Union soviétique en 1951, avant d'entraîner l'équipe d'escrime féminine de 1952 à 1988. A ce titre, il était présent à Munich lors la prise d'otages des Jeux(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles