Dauphins, chats et visons… Ce que prévoit le texte contre la maltraitance animale qui arrive à l'Assemblée

·1 min de lecture

Son rapporteur, le député LREM Loïc Dombreval, la juge d'ores et déjà "historique". "La dernière avancée date de 2015, avec la reconnaissance de l'animal comme être doué de sensibilité dans le Code civil", poursuit l'élu des Alpes-Maritimes, également vétérinaire. Dans le cadre des débats qui débutent mardi à l'Assemblée nationale, le député entend déposer un amendement pour renommer la proposition de loi : elle vise pour l'heure à lutter contre la maltraitance animale, il souhaiterait qu'elle permette de préserver le bien-être animal. 

Car dans les secteurs ciblés par cette proposition de loi, les cirques voyaient d'un mauvais œil cette appellation, qui, selon eux, les associaient forcément à de la maltraitance. "C'est la première fois que je vois une loi qui injurie des Français", avait réagi pour le JDD Cyrille Emery, délégué général des Cirques de familles. Car le texte vise à interdire la présence d'animaux sauvages dans les cirques, des interdictions énoncées par Barbara Pompili fin septembre.

La fin des dauphins et des orques dans les parcs

Des négociations sont parallèlement en cours pour tenter d'établir une liste de bêtes à sortir en priorité : les deux hippopotames des cirques Muller et Kerwich et les éléphants sont bien placés, leurs caractéristiques étant jugées peu compatibles avec l'itinérance que suppose la vie en cirque. Les espèces concernées seront énoncées par voie réglementaire – le ministère de la Transition écologique évoque des décisions avant l'été. L...


Lire la suite sur LeJDD