Municipales à Paris: Rachida Dati n'a "pas besoin de boulet sur le porte-bagages"

Anthony Berthelier

POLITIQUE - Rachida Dati est bien repartie en campagne. La candidate des Républicains à la mairie de Paris a tenu une conférence de presse ce mercredi 3 juin, pour présenter ses priorités et sa stratégie pour conquérir l’Hôtel-de-Ville.

Mais au lendemain du dépôt officiel des listes pour le second tour, l’ancienne Garde des Sceaux s’est également attachée à parler des alliances nouées avec La République en marche. Ou plutôt de l’absence d’alliances.

Car, Rachida Dati estime, dans sa verve habituelle, qu’elle “n’est pas là pour sauver un parti.“J’ai eu des échanges avec madame Buzyn. Mais moi je ne suis pas là pour sauver des candidats, pour sauver un parti. Moi je ne veux pas être la complice de la fracture, des inégalités croissantes à Paris. Moi je suis là pour sauver Paris”, a-t-elle estimé au sujet de négociations infructueuses, notamment dans le 9e arrondissement. 

“On m’a fait des propositions”

“On m’a fait des propositions pour évidemment sauver madame Bürkli (candidate LREM dans le 9e) mais en échange de retrait de liste, de fusions dans d’autres arrondissements. Je peux étaler certaines de nos conversations, j’ai refusé. J’ai refusé net”, a expliqué Rachida Dati, apportant son soutien au candidat de droite Pierre Maurin. 

L’ancienne ministre de la Justice n’a effectivement pas souhaité conclure d’accord avec La République en marche dans ce secteur ni ailleurs. Seule Florence Berthout, candidate investie par LREM dans le Ve arrondissement a annoncé qu’elle soutiendrait la candidature de l’ancienne ministre en échange du retrait de la liste LR. Anne Biraben, la candidate des Républicains se retrouve ainsi en troisième position de cette liste “d’union de la droite” portée par la maire sortante.

“Je n’ai pas d’accord avec La République en marche. Je n’ai pas besoin d’un boulet sur mon porte-bagage. Moi j’ai été très claire, les accords ont été faits si les candidats décrochaient d’En Marche”, a encore expliqué Rachida Dati, déterminée à conquérir la ville grâce...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post