Darmanin veut l'annulation d'une subvention à une association qu'il accuse de promouvoir la charia

Par E.P
·3 min de lecture
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 10 novembre 2020 à l'Elysée, à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 10 novembre 2020 à l'Elysée, à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Gérald Darmanin a demandé à la Commission européenne d'annuler une subvention accordée à un consortium dont fait partie l'association Alliance citoyenne qu'il accuse de "promouvoir des règles compatibles avec la charia", a fait savoir jeudi l'entourage du ministre de l'Intérieur, confirmant une information du Parisien.

60.000 euros de subvention

Dans un courrier adressé à la Commission, le ministre détaille les "éléments" qui, à ses yeux, s'opposent à ce que cette association perçoive cette subvention, qui, selon Le Parisien, s'élève à "60.000 euros".

Il fait valoir que cette association, "sous couvert de combattre l'islamophobie", fait "pression sur les pouvoirs publics pour promouvoir, au profit des musulmans, des règles compatibles avec la charia".

Le ministre souligne qu'Alliance citoyenne, dont le siège est à Grenoble, a étendu son champ d'action à la "dénonciation d'une prétendue islamophobie institutionnelle de la France".

Gérald Darmanin relève en outre que l'association a mené des opérations de port du burkini dans des piscines en 2019. Des actions, selon le ministre, en "infraction avec les règlements sanitaires et de sécurité". Il déplore également que les membres d'Alliance citoyenne "sont des adeptes de théories du complot", et rappelle qu'une de leurs porte-paroles aurait déclaré après l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015:

"N'oubliez jamais que c'est Charlie qui a dégainé le premier."

Appel à la vigilance

"Ces éléments, écrit le ministre, constituent une atteinte aux valeurs de liberté, d'égalité et de tolérance qui sont au fondement de la démocratie française, et à l'espace européen de sécurité". Pour lui, en conséquence, il est "dès lors impératif de procéder à l'annulation de la subvention".

Plus largement, le ministre demande à la commission de "redoubler de vigilance sur les projets ou les organismes qu'elle peut être amenée à subventionner". Il suggère "une réflexion collective sur les critères d'attribution" de ces subventions ou "d'un mécanisme de concertation associant plus étroitement les États-membres".

De son côté, l'association estime dans un communiqué que le ministre de l'Intérieur "fait de l'ingérence politique dans des procédures réglementaires rigoureuses de l'UE" et dénonce un "abus de pouvoir".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Des attaques mensongères"

Gérald Darmanin "refuse que des femmes exclues du sport ou de l'emploi à cause de leur voile aient un soutien de la Commission Européenne pour s'organiser", a-t-elle martelé, pointant "des attaques mensongères".

Elle appelle la Commission européenne "à résister à la pression exercée par le ministre de l'Intérieur et à faire confiance à ses équipes et ses procédures de sélection des projets contre le racisme et les discriminations".

En octobre dernier, à la suite d'un signalement de la France, la commission s'était engagée à étudier de près deux demandes de subventions adressées par des consortiums européens comprenant des associations françaises, Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) pour l'un, et l'Alliance citoyenne pour l'autre. Le CCIF, dissous le 1er décembre en Conseil des ministres, n'est plus éligible à une subvention, mais Alliance citoyenne le reste.

Article original publié sur BFMTV.com