Darmanin a (encore) fait une proposition qui fait plaisir à Le Pen

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à La Réunion, le 8 juillet 2022 (Photo: RICHARD BOUHET via AFP)
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à La Réunion, le 8 juillet 2022 (Photo: RICHARD BOUHET via AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à La Réunion, le 8 juillet 2022 (Photo: RICHARD BOUHET via AFP)

POLITIQUE - Fort de son portefeuille élargi, Gérald Darmanin prend ses aises au gouvernement et entend s’“intéresser à tout”, comme il l’a confié au Journal du dimanche ce 10 juillet. La veille, dans les colonnes du Monde, le ministre de l’Intérieur faisait la leçon à LREM qu’il juge trop techno et pas assez empathique.

Au cours de la même interview, il avance une proposition qui n’a pas encore été confirmée par sa hiérarchie: “permettre l’expulsion de tout étranger reconnu coupable d’un acte grave par la justice, quelle que soit sa condition de présence sur le territoire national”.

Aujourd’hui, la loi fixe des conditions pour empêcher l’expulsion d’étrangers, notamment une arrivée sur le territoire avant l’âge de 13 ans, une disposition que le ministre souhaite faire sauter. Cette mesure doit être intégrée à la future loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (Lopmi), “présentée à la rentrée”, selon le ministre.

Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro le 10 juillet, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran - qui ne partage pas souvent ses positions jugées trop droitières - ne confirme pas que la proposition est à l’ordre du jour et ne donne pas son avis sur la question.

“Oui, cent fois oui!”, réagit Marine Le Pen

Marine Le Pen, en revanche, a quasiment sauté au plafond quand elle a entendu la suggestion de la place Beauvau. “C’est oui, cent fois oui!”, s’est-elle exclamée sur BFMTV le même jour. “Je dis clairement à Monsieur Darmanin que s’il entend expulser des étrangers qui ont commis des crimes et des délits ce sera oui, cent fois oui”, exprime la dirigeante du RN qui se dit prête à voter ce texte sur la sécurité en préparation pour la rentrée. “C’est dans notre programme depuis des années”, justifie la députée RN du Pas-de-Calais.

À gauche, la levée de boucliers ne s’est pas fait attendre, alors qu’une grande partie de la Nupes accuse la majorité de complaisance avec l’extrême droite et a même mis en scène un faux mariage entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron devant le Parlement la semaine dernière.

“Ou comment parler aux tripes de l’extrême droite”, a ironisé la députée LFI de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain, en référence au titre de l’interview du ministre de l’Intérieur qui conseillait aux Marcheurs de “parler aux tripes des Français”.

Dans la même veine, la sénatrice écologiste Mélanie Vogel résume ainsi la position du ministre de l’Intérieur: “Darmanin propose d’appliquer le programme de l’extrême droite. Marine Le Pen satisfaite”.

Quant au patron du PS, Olivier Faure, il a condamné sur Twitter un lien entre “immigration et délinquance” et dénoncé un “populisme de palais”.

Ce n’est pas la première fois que Gérald Darmanin reprend des idées chères au Rassemblement national. En 2021, au moment du projet de loi contre le séparatisme, le ministre affirmait sur France 2 face à Marine Le Pen que l’article 44 de la loi pour fermer des lieux de culte avait été écrit pour “faire en partie plaisir à des représentants du Rassemblement national”. Une petite phrase relevée par Quotidien comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-dessous. Cette fois, c’est pleinement réussi.

À voir également sur Le HuffPost: Abad, Darmanin... La colère féministe contre le “gouvernement de la honte”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles