Gérald Darmanin avec les policiers, entre huées et appels à l'aide

·1 min de lecture
Gérald Darmanin avec les policiers, entre huées et appels à l'aide
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLICE - “Il faut nous aider!” a crié un policier au ministre de l’Intérieur, venu à la rencontre des forces de l’ordre qui manifestaient devant l’Assemblée nationale mercredi 19 mai. La venue de Gérald Darmanin à ce rassemblement de policiers s’est déroulée sans heurts, mais pas sans quelques huées.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, plusieurs milliers de personnes avaient répondu à l’appel des syndicats de police. Elles étaient plus de 35.000 selon les organisateurs, tandis que le bilan de la mobilisation selon les autorités n’était pas encore disponible.

Très critiquée par l’opposition, la venue de Gérald Darmanin, qui s’est frayé difficilement un chemin dans une foule compacte, s’est déroulée sans heurts, aux sons des klaxons et des sifflets, accessoires habituels des policiers en manifestation. “Il faut nous aider! On compte sur vous”, l’ont interpellé plusieurs policiers. “Tous les matins quand je me lève et tous les soirs quand je me couche, je pense à vous”, a répondu le ministre à un policier qui lui disait ne pas savoir, quand il part au travail, “comment” il “va rentrer”.

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, absent du rassemblement, était la cible des manifestants et des syndicats, qui réclament une réponse pénale plus forte, et notamment que des peines planchers soient infligées aux agresseurs de policiers.

Plusieurs témoignages de policiers blessés ou de leurs proches ont été prononcés ou diffusés sur l’estrade. Les syndicats réunis -fait assez rare- en intersyndicale avaient souhaité une mobilisation “sans r&eacu...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.