Darmanin au tribunal pour être confronté à Sophie Patterson-Spatz, qui l'accuse de "viol"

·2 min de lecture

Le ministre de l'Intérieur est arrivé vendredi en début d'après-midi au tribunal judiciaire de Paris pour être confronté devant la juge d'instruction à la femme qui l'accuse de "viol". 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est arrivé vendredi en début d'après-midi au tribunal judiciaire de Paris pour être confronté devant la juge d'instruction à Sophie Patterson-Spatz, la femme qui l'accuse de "viol", ont constaté des journalistes de l'AFP. C'est la première fois que Gérald Darmanin et cette femme sont confrontés dans cette affaire, débutée par une première plainte en 2017. Gérald Darmanin est arrivé en voiture avec ses avocats, Me Pierre-Olivier Sur et Me Mathias Chichportich, peu avant 14 heures.

La plaignante, Sophie Patterson-Spatz, était arrivée un peu avant à pied, accompagnée de ses conseils Me Elodie Tuaillon-Hibon et Marjolaine Vignola. Le ministre, placé à la mi-décembre sous le statut de témoin assisté dans ce dossier, est accusé par cette plaignante de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance. L'enquête sur ces faits datant de 2009 est entre les mains d'une juge d'instruction, à la suite d'une longue bataille procédurale.

La juge d'instruction a placé ce poids-lourd du gouvernement le 14 décembre sous le statut de témoin assisté pour ces faits, un statut qui peut évoluer au cours de la procédure vers une mise en examen si la magistrate réunit des "indices graves ou concordants". En mars 2009, la plaignante s'était adressée à l'élu, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (ancêtre de LR), pour tenter de faire réviser une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants à l'égard d'un ex-compagnon. Selon elle, Gérald Darmanin lui aurait fait miroiter son appui auprès de la Chancellerie via une lettre, en échange de faveurs sexuelles qu'elle aurait acceptées, se sentant contrainte de "passer à la casserole", selon son expression devant les(...)


Lire la suite sur Paris Match