La danseuse et chorégraphe Alicia Alonso, légende cubaine du ballet, est morte à 98 ans

franceinfo Culture avec agences

Elle est la seule Latino-américaine de l'histoire à avoir été "prima ballerina assoluta", un titre symbolique accordé aux ballerines les plus exceptionnelles de leur génération, la danseuse et chorégraphe cubaine est décédée jeudi matin, le 17 octobre, a indiqué à l'AFP un porte-parole du ballet de Cuba.

A Cuba, qu'elle n'avait jamais voulu abandonner malgré les propositions d'argent et de renommée à l'étranger, Alicia Alonso avait créé une école à part dans le monde du ballet : l'école cubaine, qui mélange rythmes et origines pour donner naissance à un style reconnaissable entre tous.

Presque aveugle à 20 ans

Beaucoup se souviennent de la danseuse au long cou, disciplinée mais au fort tempérament, séduisant le public avec ses enjambées flamboyantes et capable de réaliser à 40 ans les trente-deux fouettés du Lac des Cygnes. Et on se souvient de la chorégraphe passionnée qui continuait à enseigner son art à l'aube de son centenaire.


Et ce malgré un lourd handicap : devenue quasiment aveugle à l'âge de 20 ans après un double décollement de rétine, Alicia Alonso, qui ne distinguait que les ombres, a dansé presque toute sa vie en s'orientant grâce à des repères lumineux disposés sur la scène, selon son second mari, le directeur du Musée national de la Danse Pedro Simon.

Elle n'avait rangé ses chaussons qu'en 1995, à l'âge de 74 ans. Elle était alors devenue une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi