La danseuse étoile Dorothée Gilbert lève le tabou sur les blessures, dans son livre "Etoile(s)"

franceinfo Culture avec agences

Dorothée Gilbert, étoile de l'Opéra de Paris, a cru devenir à jamais, dans un passé récent, la "danseuse au pied troué". C'est avec cette formule que l'artiste de 36 ans commence son premier livre récemment paru, Etoile(s) (Cherche-Midi éditeur)

Aujourd'hui l'une des plus brillantes ballerines françaises de sa génération, Dorothée Gilbert fait partie d'un nombre grandissant de danseurs stars qui parlent plus ouvertement de leurs blessures, dans des ouvrages ou sur les réseaux sociaux.

Pousser le corps à l'extrême

Si grâce à son tempérament de guerrière, elle a pu surmonter les difficultés à l'école de danse de l'Opéra, l'une des plus exigeantes au monde, Dorothée Gilbert a failli à 24 ans voir sa carrière s'arrêter net en raison d'une blessure qui l'a paralysée pendant six mois. Elle raconte comment un examen révèle un trou dans le pied, fracture de fatigue du deuxième métatarse, ce petit os carré à la base de l'orteil.


"Du jour au lendemain, tout s'arrête.. On se dit pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ?", a affirmé à l'AFP la danseuse, à l'affiche en décembre dans le ballet Raymonda à l'Opéra de Paris. "Comme les sportifs de haut niveau, on pousse notre corps à l'extrême", ajoute la Toulousaine née au sein d'une famille modeste.

Les danseurs grandissent inconsciemment avec l'adage "no pain, no gain" (pas de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi