"Une danseuse à Biarritz, une à Lyon, un autre à Paris" : Mehdi Kerkouche invente d'étonnantes chorégraphies confinées

Atelier des modules

"On nous a dit de ne pas sortir, pas d'arrêter de danser", s'amuse Mehdi Kerkouche, chorégraphe à la tête de la compagnie EMKA. Malgré le confinement dû à l'épidémie de coronavirus, le jeune chorégraphe invente de nouvelles façons de danser, avec des applications de vidéoconférence. "J'ai une danseuse à Biarritz, une autre à Lyon, un autre dans le 20e arrondissement de Paris", détaille-t-il, expliquant que ces contraintes techniques le poussent à "revisiter les bases et innover".

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

Affichant plus d'un million de vues au compteur, les vidéos de Mehdi Kerkouche et ses danseurs apportent une légèreté bienvenue sur les réseaux sociaux en cette période de crise sanitaire. "On se fait plaisir à nous-mêmes et aux autres, ça fait un bien fou", se réjouit le chorégraphe, dont la situation professionnelle reste très difficile. "Du jour au lendemain, on s'est retrouvés sans emploi", raconte-t-il "les projets sur lesquels on travaillait ont été annulés les uns après les autres".

"En tant qu'artiste, on essaye de vivre au jour le jour et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi