"Quand je danse, je ne pense plus au Covid" : on a participé à un cours de hip-hop clandestin

·1 min de lecture

Sera-t-on ou non reconfinés ? La question est sur toutes les lèvres, et tant que l'on peut encore sortir, certains bravent le couvre-feu pour assister à des cours de sport clandestins. Sport, danse... tous les cours collectifs sont en théorie interdits depuis le mois d'octobre, et les salles de sport fermées par précaution sanitaire face au coronavirus. Mais certains gérants continuent d'accueillir du public pour tenter de rester à flot financièrement, et répondre à une vraie demande. Europe 1 a pu ainsi se glisser dans un cours de hip-hop clandestin, à Paris.

C'est à 18h20, bien après le couvre-feu, que débute ce cours, dont les places pouvaient être réservées pour dix euros sur Internet. Dans la salle, face à un grand miroir, une dizaine d'inscrits, plutôt des jeunes, font face au professeur. La consigne demande d'arriver juste pour le début du cours afin de ne pas attirer l'attention devant l'immeuble. Une fois en place, les participants sont à moins d'un mètre les uns des autres, et la chorégraphie s'effectue non-masquée.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

De fausses attestations

"Je profite du moment, si jamais on doit être reconfinés. C'est un peu un échappatoire, quand je danse, je ne pense plus au Covid", nous confie une participante. "Ça me fait du bien, physiquement et mentalement." Pourtant, seuls les sportifs ou danseurs professionnels sont autorisés à répéter sur attestation. Mais ce détail, semble-t-il, peut...


Lire la suite sur Europe1