Danse : Elizabeth Duncan, dans l'ombre d'Isadora

·1 min de lecture
Elizabeth Duncan et sa soeur Isadora créèrent une des toutes premières écoles de danse libre, à Berlin, en 1904
Elizabeth Duncan et sa soeur Isadora créèrent une des toutes premières écoles de danse libre, à Berlin, en 1904

Elizabeth Duncan (1871-1948), une personnalité de la danse estompée par la figure flamboyante de sa sœur et, dans une certaine mesure, par celle, plus “folklorique”, de son frère, gagne selon nous à être mieux connue. En effet, elle et Isadora créèrent une des toutes premières écoles de danse moderne, sinon la première, à Berlin, le 1er décembre 1904. Très vite, Elizabeth se chargea de diriger l’”École de danse libre Isadora Duncan”, plus connue sous le nom du quartier résidentiel huppé, Grunewald.

Lire aussiLucia Joyce : entre danse et schizophrénie

Il y avait sans doute deux raisons à cela : d’une part, victime d’un accident, Elizabeth dut cesser de danser ; de l’autre, sa cadette, qui avait alors en tête la fondation du "Temple d'Athènes", enchaîna sans discontinuer tournées européennes et transatlantiques. La chorégraphe américaine ne se désintéressa pour autant pas de la transmission de sa technique et de son répertoire à des jeunes filles triées sur le volet qu’on surnomma, par la suite, Isadorables. Elle fonda d’ailleurs d’autres établissements, à Moscou et dans les environs de Paris – dans le domaine de Meudon-Bellevue qui lui fut offert par Paris Singer.

Pédagogue de la danse libre

Avec une légère avance sur Émile Jaques-Dalcroze, le musicologue et théoricien suisse de la danse, l’école se préoccupe très tôt des questions rythmiques, fondamentales pour Isadora. À deux reprises, dans son manifeste de l’école, elle se réfère à cette question. D’abord en évoquant le

Lire la suite