Dans l'est de la Syrie, l'offensive des FDS contre l'EI a repris

Dans la province de Daïr az Zour, en Syrie. Les FDS appuyées par la coalition internationale sous commandement américain ont annoncé mardi avoir relancé leur campagne visant à reprendre les derniers secteurs contrôlés par le groupe EI le long de la frontière avec l'Irak. /Photo d'archives/REUTERS/Omar Sanadiki

DAÏR AZ ZOUR, Syrie (Reuters) - Les Forces démocratiques syriennes (FDS) appuyées par la coalition internationale sous commandement américain ont annoncé mardi avoir relancé leur campagne visant à reprendre les derniers secteurs contrôlés par le groupe Etat islamique (EI) le long de la frontière avec l'Irak.

Les FDS, alliance de miliciens kurdes et arabes qui ont chassé depuis deux ans les djihadistes de vastes territoires dans le nord et l'est de la Syrie, dont leur ancienne capitale Rakka, avaient suspendu leur opération après l'offensive lancée en janvier par l'armée turque contre l'enclave kurde d'Afrin.

Des renforts avaient alors été envoyés en direction de ce territoire situé dans le nord-ouest du pays, ce qui a permis à l'EI alors en pleine déroute de se réorganiser et de lancer de nouvelles attaques dans la vallée de l'Euphrate.

"Nous avons réorganisé nos forces", a déclaré mardi Lilwa al Abdallah, porte-parole des FDS dans la province de Daïr az Zour.

"Nos forces héroïques vont libérer ces secteurs et sécuriser la frontière. Le soutien des forces irakiennes est bienvenu", a-t-elle ajouté.

Un responsable des FDS dans la région a fait état d'une coordination accrue avec l'armée irakienne pour éviter à l'une ou l'autre des forces d'avoir à franchir la frontière à la poursuite des djihadistes.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a promis la semaine dernière que la campagne contre l'EI allait reprendre de plus belle dans l'est de la Syrie.

Lors d'une audition devant la commission des forces armées au Sénat des Etats-Unis, il a indiqué que la France avait envoyé des membres des forces spéciales en renfort pour combattre les djihadistes.


(Rodi Saïd, avec Ellen Francis à Beyrouth; Tangi Salaün pour le service français)