Dans "Ici tout commence" sur TF1, les plats ne sont pas aussi appétissants qu'ils en ont l'air

Clément Vaillant
·Clément Vaillant est journaliste vidéo au HuffPost
·5 min de lecture

TÉLÉVISION - C’est le grand jour pour TF1 qui lance ce lundi à 18h30 son nouveau feuilleton quotidien très attendu, “Ici tout commence”, qui va suivre la vie de jeunes apprentis cuisiniers. Avant que les bébés Etchebest franchissent le portail de l’Institut Auguste Armand, la production dévoile au HuffPost les coulisses de tournage.

Comment sont préparés les plats? Par qui? Et surtout que deviennent-ils une fois la scène enregistrée? Autant de questions pour autant de réponses dans la vidéo à découvrir en tête d’article.

Le rôle clé du“styliste culinaire”

Si la plupart des plats très appétissants que vous allez découvrir à l’écran sont bien comestibles, certains d’entre eux sont en réalité en plastique pour des raisons techniques. “Quand on a quelque chose de très compliqué à réaliser, on fait appel à notre styliste culinaire qui sait fabriquer du faux”, explique Sarah Farahmand, productrice du programme, évoquant l’exemple d’une pièce montée factice construite pour un épisode diffusé cette semaine.

Les plats préparés doivent pouvoir conserver leur apparence visuelle pour des scènes qui peuvent durer de longues minutes et nécessiter plusieurs prises. Ce qui n’avait pas été le cas pour une première pièce montée réalisée avec de vrais choux. “Elle était en caramel et en sucre perlé et elle n’a pas du tout tenue le choc”, poursuit celle qui produisait auparavant “Demain nous appartient”. “On a finalement travaillé avec un laboratoire de pâtisserie à Nîmes pour élaborer une vraie base, puis nous l’avons agrémentée avec des faux choux qui étaient collés avec de la glu pour qu’ils tiennent.“ Le rendu est plus vrai que nature!

Au-delà de l’aspect purement technique, les “faux plats” permettent aussi à la production de limiter le gaspillage alimentaire en réutilisant ces créations dans d’autres scènes plus tard dans le feuilleton. C’est notamment le cas des macarons par exemple. Les plats cuisinés sont quant à eux consommés par les équipes ou donnés aux poules très chanceuses d’une ferme de Saint Laurent d’Aigouze, le village gardois pittoresque où est tourné le programme.

Mais il n’y a pas que la styliste culinaire qui a dû ruser d’inventivité pour venir sublimer les cuisines du feuilleton et leur donner un aspect réel. Ainsi, les accessoiristes ont soigné les moindres détails que les téléspectateurs pourraient remarquer à l’antenne, y compris les étiquettes des produits! Oubliez la farine Francine ou le chocolat Poulain: les ingrédients que vous verrez n’existent pas dans vos commerces et sont des imitations de produits à destination des restaurateurs. “Il fallait avoir des produits très professionnels et très qualitatifs que l’on ne retrouve pas forcément dans les supermarchés. Toutes les étiquettes que l’on voit à l’économat -où sont stockées les matières premières- tout a été refabriqué en interne.”

Qui cuisine les “vrais plats”?

Si l’acteur principal Clément Rémiens a reçu des leçons de cuisine pour le tournage du feuilleton, ce n’est pas pour autant lui qui concocte les véritables plats. “On a une équipe de quatre personnes qui s’occupe de préparer les assiettes avec le chef Pablo qui a formé tous nos élèves. Il est à l’origine d’une partie des recettes pour nous et peut faire office de doublure main parfois.”

Le programme de TF1 s’est attaché à rendre les plats les plus photogéniques possibles pour donner envie aux téléspectateurs de les reproduire chez eux. Mais “Ici tout commence” n’est pas non plus “Top Chef”, comme le confie Sarah Farahmand: “Certes on veut que la cuisine soit sublimée et appétissante mais cela reste une série télé. Le sujet ce sont les personnages et non pas les plats. On demande aux cadreurs de mettre en valeur nos acteurs qui vont être les futurs héros du public. La cuisine doit faire partie du cadre mais elle est rarement le sujet.”

Le “petit frère” de “Demain nous appartient”

“Ici tout commence” offre la part belle à de jeunes talents dont Aurélie Pons, Julie Sassous ou Azize Diabaté. Des comédiens bien connus du public de TF1 puisqu’ils ont déjà fait leurs armes dans “Demain nous appartient”. Ils incarneront ces apprentis cuisinier prometteurs, sous la houlette de Francis Huster (Auguste Armand), chef charismatique et multi-étoilé dans la série, ainsi que de son bras droit Frédéric Diefenthal (Antoine Myriel), proviseur adjoint.

“Quand TF1 nous a demandé à réfléchir à un second feuilleton quotidien, on s’est dit qu’il ne fallait pas que l’on reproduise ce qui avait été fait dans ’Demain nous appartient” ni dans les autres quotidiennes qui s’intéressent à une ville (“Plus belle la vie”, “Un si grand soleil”, ndlr)”, explique la productrice du programme. ”On a réfléchi autour de l’idée de l’école puisqu’on avait envie de traiter davantage de personnages jeunes, sans pour autant oublier les plus adultes. Cette idée d’école de cuisine nous permettait de mélanger les générations et en même temps de voir les jeunes apprendre quelque chose de concret qui concerne tout le monde. Pour nous cela remplissait tous les critères.”

Amorcé à l’hiver 2019, le projet “Ici tout commence” relève d’une importance capitale pour TF1 qui compte sur le feuilleton pour renouveler ses avant-soirées. Avec le contexte du reconfinement, le programme pourrait d’ailleurs vite se faire une place et devenir être un tremplin pour “Demain nous appartient” et le JT de 20H, de TF1, particulièrement challengé par celui de France 2 au cours des dernières semaines.

À voir également sur Le HuffPost: ”Ça peut vous arriver” sur M6: Julien Courbet présente sa nouvelle émission télévision

LIRE AUSSI

Dominique Rizet raconte ses 4 "Faites entrer l'accusé" les plus marquants

"The Mandalorian" saison 2 revient sur Disney+ avec de nouveaux personnages

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.