Dans “En Thérapie”, Mélanie Thierry se confronte au transfert amoureux mais...

Melissa Makaya
·Journaliste Life & Culture
·1 min de lecture
Ariane et son psychanalyste lors d'une séance das la série "En thérapie" (Photo: Arte.tv)
Ariane et son psychanalyste lors d'une séance das la série "En thérapie" (Photo: Arte.tv)

SÉRIES - Si les personnages de psychologues, psychanalystes et autres psychiatres ont trouvé leur place dans les séries télévisées ces dernières années, les concepts parfois complexes qu’ils manipulent sont-ils pour autant fidèlement retranscrits à l’écran?

Dans “En thérapie”, la série diffusée sur Arte et adaptée du feuilleton israélien “Betipul”, cinq patients en pleine détresse se livrent à travers leurs séances avec leur psychanalyste dans les jours suivant les attentats du 13 novembre 2015.

Dès le premier épisode, le personnage d’Ariane, une chirurgienne déboussolée incarnée par Mélanie Thierry, confesse son amour à son psychanalyste après un an de thérapie. “Je pensais que c’était une étape, transfert comme vous dites”, évoque Ariane dans l’épisode.

Est-ce chose fréquente de faire un transfert amoureux sur son psy comme Mélanie Thierry dans la série? Se manifeste-t-il de manière aussi dramatique? Nous avons posé la question à Samuel Dock, psychologue clinicien et écrivain ainsi qu’à Catherine Blanc, psychanalyste et sexologue.

Gare aux caricatures

“Il est important de revenir au sens des mots. Le transfert est une chose complexe surtout que, dans les séries télévisées, on le réduit à une projection ou une identification d’un contenu psychique sur le psychologue”, nuance d’emblée Samuel Dock au Huffpost.

Selon lui, le transfert “est un mécanisme par lequel les désirs et les demandes que l’on peut exprimer à son psy s’adressent en réalité à un autre qui est par delà le ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.