Dans "C à vous", Jérémy Ferrari se confie sur son "alcoolisme noir" et ses troubles du comportement

Dans "C à vous", Jérémy Ferrari évoque son "alcoolisme noir" et ses troubles comportementaux (Photo: Twitter/C à vous)

DIVERTISSEMENT - “J’ai une forme d’alcoolisme qui est très dure. C’est la forme d’alcoolisme la plus aiguë, qu’on appelle l’alcool noir.” Jérémy Ferrari, humoriste s’est confié ce lundi 17 février dans “C à vous” sur sa dépendance à l’alcool, ainsi que sur les troubles du comportement qui l’ont mené jusqu’à une tentative de suicide. 

L’humoriste, connu pour son humour noir, a choisi de faire de la santé le thème principal de son one man show “Anesthésie générale”. L’occasion pour lui de faire un spectacle de “vengeance personnelle”, ironise-t-il dans la bande-annonce. Car comme il l’a expliqué dans “C à vous”, l’univers médical n’est pas inconnu à celui qui évoque “le cocktail Molotov dans sa tête”. 

Sur le plateau de France 5, Jérémy Ferrari a expliqué souffrir d’une forme d’alcoolisme particulière, qu’il décrit comme “l’alcool noir.” “C’est une forme d’alcoolisme qui fait que quand tu perds la maitrise, tu ne fais qu’augmenter les doses tout le temps sans jamais parvenir à t’arrêter”, a-t-il expliqué.

Contactés par Le HuffPost, deux spécialistes de l’addiction à l’alcool sont formels, “l’alcoolisme noir” en tant que tel n’existe pas. Il ne s’agit que d’une façon de parler de Jérémy Ferrari. Bernard Basset, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), estime qu’il s’agit probablement pour lui d’une manière d’évoquer “des trous noirs, les pertes de mémoire liées à une consommation excessive d’alcool”.

“J’ai toujours eu une tendance à boire beaucoup trop et beaucoup plus que tout le monde. Mais je maîtrisais. Je sentais déjà que j’avais un problème: les jours où je ne buvais pas, je me retenais de boire. Ce n’est pas ‘je ne buvais pas’, c’est ‘je me retenais de boire’” a raconté Jérémy Ferrari, précisant que “la scène” lui avait notamment permis de “tenir”.

Toutefois, ce problème de dépendance s’est couplé avec des difficultés d’ordre psychiatrique: un trouble de l’attention avec hyperactivité, ainsi qu’un trouble obsessionnel compulsif et idéatif (dits “TOCs”) qui “déclenche des images horribles dans la tête qui peuvent arriver à n’importe quel moment”. 

Les Tocs sont décrits par l’Association française de personnes souffrant de Troubles obsessionnels et compulsifs (AFTOC) comme “la présence” d’obsessions et/ou de compulsions récurrentes, persistantes, pénibles et parfois très invalidantes.” Environ 2 à 3% de la population française en souffre, ce qui en fait la quatrième pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs note l’INSERM

“J’en arrive à boire le matin en me levant”

“L’humoriste a également précisé avoir été décelé comme une personne à “haut potentiel”, ce qui “amplifie un peu tous les troubles”. “C’est un cocktail Molotov dans ma tête depuis des dizaines et des dizaines d’années”, résume pour sa part Jérémy Ferrari.

“Mais à un moment donné, je perds la maitrise de l’alcool (…) et au moment où je perds la maitrise, j’en arrive à boire le matin en me levant. En un an, je suis passé de boire en me levant le matin et à consommer au minimum par jour 6 à 7 litres de vin, jusqu’à arriver à une tentative de suicide”, a confié Jérémy Ferrari. 

Passé par une cure de désintoxication, Jérémy Ferrari a aussi tenu à sensibiliser aux problèmes de dépendance, bien trop souvent associée à un manque de volonté selon lui. “La dépendance est une maladie neurologique. Quel que soit la dépendance, l’alcool ou autre, c’est une maladie neurologique qui prend le pas sur la zone qui régule la volonté aussi dans le cerveau. Il faut avoir la volonté de s’en sortir, mais avant de savoir qu’on est malade et de l’avoir admis, c’est très dur de trouver la volonté pour arrêter”, a-t-il souligné.

À voir également sur Le HuffPost: Sans alcool, la fête est-elle moins folle?

lire aussi:

ONPC: "Vous ne me faites pas rire" contre "prenez un Xanax", l'échange tendu entre Christine Angot et Jérémy Ferrari

Robert Downey Jr adore la radio Fip

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.