Dans "Army of the Dead" sur Netflix, les zombies "représentent une évolution" de l'homme

·Journaliste rédacteur au service Culture
·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

NETFLIX - Après “Dawn of the Dead” (“L’Armée des morts”) en 2004, Zack Snyder fait son grand retour chez les zombies avec “Army of the Dead”, dont vous pouvez visionner la bande-annonce ci-dessus. Le film, disponible à partir de ce vendredi 21 mai sur Netflix, met en scène un groupe de mercenaires engagé pour commettre un braquage... dans une ville de Las Vegas envahie par les morts-vivants.

Un “Ocean’s Eleven” version apocalyptique dans lequel Zack Snyder, qui avait déjà écrit une première partie du scénario il y a dix ans, s’est beaucoup attardé sur l’aspect des zombies. Des zombies différents de ceux que l’on peut voir dans les films ou séries du genre.

Zeus, le chef des zombies, face à Vanderohe, interprété par Omari Hardwick. (Photo: CLAY ENOS/NETFLIX)
Zeus, le chef des zombies, face à Vanderohe, interprété par Omari Hardwick. (Photo: CLAY ENOS/NETFLIX)

“Dès le départ, j’ai pensé que ces zombies allaient représenter une évolution, qu’ils étaient en route vers quelque chose d’autre et non pas figés comme ceux que l’on voit habituellement”, explique Zack Snyder à la presse. “C’était une façon de renouveler le genre tout en respectant l’archétype zombie d’un certain côté”, ajoute celui qui s’est notamment inspiré des films “New York 1997”, “La Planète des singes”, ou encore “Aliens, le retour” pour ce long-métrage.

“C’était amusant et effrayant de les imaginer comme nos remplaçants”

Dans “Army of the Dead”, les zombies sont le résultat d’expériences réalisées dans la zone 51. Zeus, le patient zéro (l’origine exacte de la contamination est pour l’instant inconnue), s’en est échappé avant d’infester Las Vegas. Dirigé par ses soins, le groupe des morts-vivants est séparé en deux factions, les alphas et les boiteux. Si les boiteux ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.