Daniel Riolo : "La télé-réalité est le caniveau de l'humanité !"

·1 min de lecture

Un format qu'il exècre. Hier après-midi, dans "Estelle Midi" sur RMC et RMC Story, Estelle Denis a organisé un débat autour de l'image des femmes dans les programmes de télé-réalité et a demandé à ses chroniqueurs s'il fallait sanctionner ces émissions. Présent jeudi, Daniel Riolo n'a pas retenu ses coups contre la télé-réalité, la qualifiant de "caniveau de l'humanité".

"J'accepterai une dictature si c'est pour supprimer ces émissions-là !"

"Ces programmes-là me foutent une trouille terrible ! Pourquoi ça me fait peur ? Parce que je ne veux pas que ma fille tombe dessus. Ca me fout les jetons ! Et le pire, c'est quand on dit : 'Ah, j'ai regardé, mais c'était pour rigoler, pour me moquer d'eux'. Je n'en veux surtout pas !", a-t-il commencé. Et de souligner : "Oui, c'est du sexisme. C'est de la bêtise. C'est les bas instincts ! Pour moi, c'est le caniveau de tout ! De la pensée... C'est le caniveau de l'humanité, la télé-réalité".

Daniel Riolo est même allé encore plus loin : "Je pourrais faire une parenthèse. J'accepterais une dictature si c'est juste pour supprimer ces émissions-là ! Une dictature qui n'interviendrait que pour ça !". "Mais c'est scénarisé, vous le voyez bien quand même", a réagi Estelle Denis. "Mais c'est pire ! Je m'en fous !", a lancé le journaliste sportif. puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

A noter qu'hier, "Estelle Midi" a signé...

Lire la suite


À lire aussi

Casting trop télé-réalité dans "Koh-Lanta" : "C'est un fantasme !", assure Alexia Laroche-Joubert
Jean-Luc Lemoine dans #QHM : "Je n'ai pas envie de me transformer en personnage de télé-réalité"
Aides-soignantes dans "L'Emission politique" : François Fillon dénonce "la télé-réalité"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles