Danemark: référendum historique sur la politique de défense européenne

Le Danemark va-t-il rejoindre la Politique de sécurité et de défense commune européenne ? Les citoyens de ce pays scandinave, membre de l'UE depuis 1973, en décident ce mercredi 1er juin par référendum. C'est le seul pays de l'UE à ne pas participer à la PSDC, en vertu d'une dérogation accordée en 1992 pour permettre l'adoption du traité de Maastricht. Mais la guerre en Ukraine bouscule les principes de ce membre fondateur de l'Otan, plutôt réticent à l'intégration européenne.

« Les périodes historiques appellent des décisions historiques. » Voilà ce qu'a déclaré la Première ministre danoise, Mette Frederiksen, en annonçant la tenue de ce référendum historique, moins de deux semaines après le début de l'agression russe de son voisin l'Ukraine, le 24 février dernier.

Pour ou contre la levée d'une dérogation accordée en 1992, permettant à ce pays scandinave de ne pas prendre part à la PSDC, la Politique de sécurité et de défense commune ? Depuis son adhésion à l'UE en 1973, le Danemark a toujours marqué ses distances avec Bruxelles et l'intégration.

Membre fondateur de l'Otan, le pays a, en revanche, toujours eu des liens privilégiés avec les États-Unis. Mais aujourd'hui, une majorité de partis appelle à voter pour la levée de la dérogation. Seuls s'y opposent encore les ultra-nationalistes et l'extrême gauche, au sein des élites politiques.

L'organisation d'un référendum aussi rapide, puisque la décision a été prise une quinzaine de jours seulement après le 24 février, ça veut dire quelque chose. Mais c'est loin de dire que le résultat sera positif.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles