Le Danemark, premier pays européen à abandonner le vaccin d’AstraZeneca

Source AFP
·1 min de lecture
Soupçonné d'être à l'origine de cas graves (mais rares) de thrombose, le vaccin AstraZeneca ne sera plus utilisé au Danemark.
Soupçonné d'être à l'origine de cas graves (mais rares) de thrombose, le vaccin AstraZeneca ne sera plus utilisé au Danemark.

La sentence est tombée : le Danemark renonce définitivement au vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 à cause de ses effets secondaires « rares » mais « graves », ont annoncé mercredi ses autorités sanitaires. Ce pays scandinave devient le premier en Europe à abandonner le sérum développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford. Et ce, malgré les avis du régulateur européen et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), favorables à son usage. « La campagne de vaccination au Danemark continue sans le vaccin d'AstraZeneca », a indiqué le directeur de l'agence nationale de santé, Søren Brostrøm, lors d'une conférence de presse.

Les quelque 150 000 personnes qui ont reçu une dose du sérum vont se voir proposer un autre vaccin pour leur seconde dose, selon les autorités. Le Danemark était déjà le premier pays en Europe à avoir suspendu complètement l'utilisation du vaccin le 11 mars, après des rapports décrivant des cas exceptionnels de caillots sanguins, combinés à un faible taux de plaquettes et à des saignements.

À LIRE AUSSIIl est temps d'enterrer le principe de précaution

Une balance bénéfice-risque favorable au vaccin

Malgré un avis favorable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) à son usage, le pays avait maintenu sa suspension, comme la Norvège voisine, choisissant d'approfondir son enquête sur le lien entre ces quelques cas graves et la vaccination. Si elle a ensuite confirmé, le 8 avril, un lien avec des cas de thrombose graves (mais rares), l'E [...] Lire la suite