Danemark: les Modérés au centre du jeu pour des élections législatives incertaines

© Sergei Grits / AP

En ce jour d’élections législatives au Danemark, quatorze partis sont en lice en vue de former une coalition et les sondages annoncent des résultats très serrés. Si Mette Frederiksen, l’actuelle Première ministre sociale-démocrate est favorite, il se pourrait bien que ni la coalition de gauche ni celle de droite n’obtiennent la majorité parlementaire.

Avec notre correspondante à Stockholm, Carlotta Morteo

Pour gouverner au Danemark, il faut obtenir un minimum de 90 sièges au Parlement. Or, selon les sondages, le bloc de gauche n’en sécurise que 85 et le bloc de droite 72.

C’est au centre que se joue la bataille, avec un parti qui a fait une remontée fulgurante dans les intentions de vote ces dernières semaines. Le parti des Modérés, fondé par l’ancien Premier ministre Lars Lokke Rasmussen, est créditée de près de 10% des voix, soit 18 sièges au Parlement. Un score qui aurait de quoi faire basculer l’élection d’un côté ou de l’autre.

Balle au centre

Expérimenté, fin négociateur, ex-ministre des Finances, Lars Lokke Rasmussen a été chef du gouvernement entre 2009 et 2011, puis à nouveau entre 2015 et 2019. Il se retrouve dans la position de faiseur de roi. Son objectif est de sortir des logiques gauche/droite, fédérer autour d’un projet centriste et obtenir, bien sûr, un rôle de choix dans le prochain gouvernement. S’il se voit bien dans un gouvernement avec Mette Frederiksen, reste à voir si les partenaires de gauche de la Première ministre sortante soutiendraient une telle alliance.


Lire la suite sur RFI