Danemark: à l’approche des législatives, tous les partis veulent une politique migratoire dure

REUTERS/Johan Nilsson/TT News Agency

Au Danemark, les élections législatives s’annoncent très serrées le 1er novembre. Dix-sept partis sont en lice en vue de former un gouvernement de coalition. Mais sur le thème de l’immigration, tous semblent désormais d’accord : pas d’assouplissements en vue concernant l’accueil des réfugiés et des immigrés, une politique parmi les plus dures en Europe.

Avec notre correspondante régionale à Stockholm, Carlotta Morteo

Au cœur de la campagne, il y a les problèmes de pénuries de personnel dans le domaine de la santé et les questions liées à l’économie et au coût de l’énergie. À droite et à gauche, tous les partis y vont de leurs propositions. Mais l'immigration n'est plus un sujet.

Un adulte sur 10 ne votera pas le 1er novembre, un adulte sur 10 né au Danemark, mais de parents étrangers. Voilà l’une des conséquences de la fin du droit du sol, qui date de 2001. C’était le premier signe d’un durcissement opéré par la droite, arrivée au pouvoir grâce au soutien de l’extrême droite. Depuis, les idées du Parti du peuple danois, le parti anti-immigration, ont gagné du terrain jusque dans les rangs du parti social-démocrate.

L’actuelle Première ministre Mette Frederiksen, qui se présente à sa réélection, a notamment engagé des discussions avec Kigali pour sous-traiter au Rwanda l’accueil des demandeurs d’asile qui souhaiteraient émigrer au Danemark.

►À lire aussi : Le Danemark va «externaliser» ses demandes d’asile au Rwanda

Draguer les électeurs de l'extrême droite


Lire la suite sur RFI