D'anciens partisans de Pasqua et de Villiers la soutiennent pour 2017

Geoffroy Clavel
Marine Le Pen posant devant une croix de Lorraine en mars 2014

FRONT NATIONAL - La course à "l'union des patriotes" continue au Front national. Après avoir rallié d'anciens chevénementistes, obtenu le soutien d'anciens gaullistes via le Siel, Marine Le Pen participait ce mardi 24 février à une conférence de presse au cours de laquelle d'anciens soutiens de Charles Pasqua et de Philippe de Villiers lui ont apporté leur soutien "sans condition" pour la présidentielle de 2017.

Une prise de guerre avant tout symbolique: le mouvement Agir pour la France ne compte aucun élu et à peine une "petite centaine" d'adhérents. Il ne dispose d'ailleurs ni d'un président ni d'un porte-parole officiel. En revanche, le parcours politique de ces anciens cadres du Rassemblement pour la France (RPF) et du Mouvement pour la France (MPF) de Charles Pasqua et de Philippe de Villiers a tout pour séduire la présidente du FN, qui cherche à rallier sous sa bannière l'ensemble des "patriotes" de gauche et de droite ayant pour partage l'euroscepticisme.

"Nous avons avec le FN trois points communs fondamentaux: il faut sortir de l'euro; il faut stopper l'immigration; il faut dénoncer les accords de Schengen", résume Daniel Fedou, coordinateur de l'APF, et ancien compagnon de route de Paul-Marie Couteaux, lui-même rallié puis en disgrâce au Front national.

"Faire gagner Marine Le Pen"

Ironie du sort, "Agir pour la France" est également le nom qu'a choisi Alain Juppé pour préparer sa candidature à la primaire UMP. L'analogie s'arrête là.

Car l'objectif que se fixe l'association souverainiste créée en 2011 est on ne peut plus clair: il faut "aider Marine Le Pen à gagner l'élection présidentielle, l'aider à gagner les législatives puis l'aider à gouverner" grâce à des cadres "compétents", plaident ces "orphelins de Pasqua et Villiers" qui assurent n'avoir rien négocié en terme de places ou de postes.

De quoi ravir Marine Le Pen, venue avec le vice-président du FN Louis Aliot, et le président du FNJ Gaetan Dussaussaye,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Pourquoi l'expression "Français de souche" n'a pas de fondement historique
Homophobie, antisémitisme... La dédiabolisation du FN à l'épreuve des départementales
Les idées du FN pâtinent, mais une alliance avec l'UMP n'a jamais été aussi proche
Nice, laboratoire de la fusion FN-Identitaires
Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici