Damien Abad : que sait-on sur l'affaire de tentative de meurtre dans laquelle son nom est cité ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Quelques jours à peine après sa nomination au poste de ministre des Solidarités, Damien Abad est déjà dans la tourmente. (REUTERS)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Déjà accusé de viol par deux femmes, Damien Abad est également cité dans une affaire de tentative de meurtre. Que sait-on sur cette affaire qui remonte à 2020 ?

À peine 5 jours après sa nomination au ministère des Solidarités, Damien Abad enchaîne les polémiques. Déjà accusé de viol par deux femmes qui ont témoigné dans Médiapart, l'ex-président des députés LR à l'Assemblée Nationale voit également son nom apparaître dans une sombre histoire de tentative de meurtre. Son nom a en effet été cité dans des écoutes policières visant deux de ses amis dans le cadre de cette tentative de meurtre.

C'est le quotidien Libération qui révèle cette affaire découverte à l'été 2020. La tête d'un salarié "gênant" d'une usine de plastique de la vallée d'Oyonnax (Ain) est mise à prix par ses patrons qui sont frère et sœur, Laurent et Muriel. Un commando devait tuer cet adhérent à la CGT et sympathisant des gilets jaunes pour la somme de 80 000 euros sur ordre des deux gérants de l'entreprise. Ces derniers sont alors mis sur écoute par la justice et c'est à ce moment qu'ils évoquent le nom du nouveau ministre Damien Abad.

Damien Abad dit avoir voulu "se renseigner"

Selon les propos du chef d'entreprise, Damien Abad serait allé à la pêche aux informations pour Laurent et Muriel auprès de la préfète de l'Ain et du procureur grâce à ses relations, indique RTL. Le nouveau ministre des Solidarités les aurait également incité à s'exprimer dans la presse pour apaiser la polémique.

Alors qu'il "conteste avec la plus grande force" les accusations de violences sexuelles à son encontre, Damien Abad estime également ne rien avoir à se reprocher dans cette affaire de meurtre et indique à Libération qu'il a simplement voulu "se renseigner", sans jamais vouloir interférer dans l'enquête.

Interpellée par la police et mise en examen en mai 2021, Muriel avait reconnu avoir donné son feu vert à l'exécution de son salarié et porte à ce jour un bracelet électronique.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie - Affaire Abad : "Emmanuel Macron demeure un amateur de la politique"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles