Notre-Dame: une souscription spéciale pour sauver les orgues et les chœurs de la cathédrale

agence, AFP
/ AMAURY BLIN/AFP

La Maîtrise de Notre-Dame a lancé une collecte dédiée à la restauration du patrimoine musical de l’édifice mais aussi à la pérennité de ses activités. Deux millions d’euros sont espérés.

Orgues perdus et cloches médiévales abîmées: une souscription internationale de deux millions d’euros sera lancée le 20 mai pour sauver le «patrimoine musical» de Notre-Dame, plus d’un mois après le terrible incendie. La collecte est lancée par la Maîtrise Notre-Dame de Paris (l’ensemble des chœurs), une formation née avec la cathédrale au XIIe siècle. Elle permettra «l’acquisition rapide des instruments perdus et indispensables pour le travail quotidien» de la Maîtrise, précise-t-elle dans un communiqué transmis à l’AFP.

» LIRE AUSSI - Notre-Dame: Franck Riester n’est pas sûr de disposer d’assez de dons

Parmi les instruments, seules les cloches médiévales sont «réparables, bien que très endommagées», selon le texte. Quant au piano à queue, et surtout l’orgue positif (mobile) et l’orgue de chœur, qui date de 1841, ils ont été irrémédiablement abîmés par l’eau, quand les pompiers ont tenté pendant des heures d’éteindre le feu. Les deux orgues sont plus petits que le principal, mais étaient très utilisés durant les messes quotidiennes.

Épargné par le feu mais très empoussiéré, le célèbre grand orgue de Notre-Dame, qui attirait les organistes du monde entier, n’est pas concerné par cette souscription. Il fait partie des murs de la cathédrale, pour laquelle 850 millions d’euros de promesses de dons ont déjà été réunis. L’eau a également «noyé» plus de 150 aubes des chanteurs de chœur - âgés de cinq à 30 ans - qui se trouvaient dans des salles attribuées à la Maîtrise dans les cryptes.

» LIRE AUSSI - Notre-Dame: les sénateurs prêts à se battre contre la loi d’exception

Plus globalement, la souscription servira à soutenir «la pérennité de la vie musicale» de la Maîtrise, qui connaît un déficit de billetterie, car elle donnait une cinquantaine de concerts par an dans la cathédrale. (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Le général Georgelin ouvre Notre-Dame à la télé américaine 
Notre-Dame: Franck Riester n’est pas sûr de disposer d’assez de dons 
Notre-Dame: les sénateurs prêts à se battre contre la loi d’exception 
Sur l’île de la Cité en partie interdite, les commerçants aux abois 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro