Notre-Dame : la restauration n'est pas pour tout de suite, l'heure est encore au sauvetage

franceinfo Culture avec agences
Notre-Dame ne sera pas sécurisée avant la fin de l'été. Les professionnels des bâtiments historiques, en plein travail pour protéger la cathédrale, préviennent qu'il faudra des mois avant d'établir un diagnostic préalable à la restauration.

"On n'est pas dans la phase des travaux de reconstruction, on est dans la phase des travaux de sauvetage", a souligné vendredi 26 avril Gilles de Laage, l'un des présidents du Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques (GMH).

Quatre mois nécessaires pour sécuriser le site

Une dizaine de jours après l'incendie de Notre-Dame et la résonance mondiale qu'il a eu, architectes, enquêteurs et experts enchaînent visites et réunions techniques sur les effets du feu et de l'eau ainsi que l'origine du sinistre. Parmi les acteurs à l'oeuvre sur place, figurent plusieurs entreprises du GMH. Elles étaient déjà en charge de la rénovation de la flèche d'où est parti le feu. Ce sont maintenant elles qui assurent la sécurisation du site. Celle-ci prendra "une durée (...) de quatre mois", a estimé l'autre président du GMH, Frédéric Létoffé, notant qu'il s'agissait d'une estimation approximative.

La protection, à laquelle travaillent quelque 80 personnes, consiste d'abord en la mise en place d'un parapluie, achevée cette semaine, pour protéger le site des intempéries. Ensuite, le coeur du travail consistera à installer un réseau de poutres au-dessus et en dessous de la voûte, afin notamment d'éviter un écroulement. "Elles vont rester un certain temps parce qu'elles vont aussi servir (...) d'accès pour travailler sur les voûtes", a détaillé Frédéric Létoffé. Pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi