Notre-Dame : enfin sécurisée, la cathédrale se pare de métal

C’est une cathédrale de métal. Du sol au plafond, du cœur à la nef, se trouvent des dizaines de milliers de tubes d’acier. Partout, les échafaudeurs s’activent pour monter cette ossature. Elle permettra à l’avenir de dépolluer les murs contaminés par le plomb. Pour l’instant, l’échafaudage sert à accéder aux voûtes. L’ouvrage hors normes fait la fierté de son concepteur. Des opérations délicates Sous les voûtes est placé l’un des derniers vestiges de l’incendie, suspendu à 27 mètres du sol depuis deux ans. "C’est probablement le seul bout de bois de la flèche qui n’ait pas brûlé (...) c’était une grande couronne", précise l’architecte en chef. Les voûtes sont particulièrement fragilisées, leur consolidation est donc la priorité du chantier. Les pièces de charpente massives, de 7 à 10 mètres de long, arrivent par les airs. Une vingtaine de ces ceintres de bois sont déjà en place. Le dispositif est proche de celui des bâtisseurs de cathédrales. Les travaux de reconstruction à proprement dites débuteront cet été.