Notre-Dame de Paris : les scieries françaises s'activent pour reconstruire la cathédrale

·1 min de lecture

On se souvient tous de ces images effarantes de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en flammes, qui s'effondre. Plus de deux ans après l'incendie, les premiers chênes qui serviront à construire le siège sur lequel reposera la nouvelle flèche, ont été coupés. Au total, ce sont près de 45 scieries qui travaillent à reconstruire la cathédrale.

Une aventure hors du commun

Lentement, la lame d'acier progresse au cœur des 22 mètres de ce tronc en chêne jusqu'à le fondre en deux, sous la surveillance de Mickaël Renaud, l'artisan en chef. "On va commencer à débiter les pièces du tabouret de la flèche de Notre-Dame. Le but, c'est qu'on arrive à sortir des grandes pièces, en fait, pour les charpentiers qui vont travailler derrière. On va faire quelque chose qui n'a jamais été fait", souligne-t-il.

>> LIRE AUSSIReconstruction de Notre-Dame : plus de cent personnalités dénoncent un projet «absurde»

Au total, huit grands chênes vont être découpés, ici, dans les hangars de la scierie des Géants en Mayenne. Quinze jours de travail intense pour un moment unique, selon Mickaël Renaud. "Beaucoup d'émotion, du challenge aussi... J'ai 38 ans et je crois que mes gars, il n'y en a pas un seul qui a plus de 30 ans, donc même pouvoir leur offrir ça, c'est une fierté aussi, ils pourront dire qu'ils ont participé à ça", avance-t-il.

"Dévouement et fierté" de travailler sur ce projet de reconstruction

"On voit tous ces gens qui travaillent avec dévouement, avec fierté", glisse le gén...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles