Notre-Dame de Paris : la « confiance » reste de mise pour la réouverture en 2024

Trois ans après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron se rend sur le chantier pour suivre l'avancée des travaux. En 2019, il avait promis que l'édifice serait restauré en cinq ans (photo prise le 15 février 2022).
Chesnot / Getty Images Trois ans après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron se rend sur le chantier pour suivre l'avancée des travaux. En 2019, il avait promis que l'édifice serait restauré en cinq ans (photo prise le 15 février 2022).

Chesnot / Getty Images

En 2019, Emmanuel Macron avait promis que l’édifice serait restauré en cinq ans.

PARIS - La réouverture de la cathédrale Notre-Dame de Paris reste prévue pour 2024, un « objectif ambitieux » malgré un « chantier extrêmement complexe », a assuré ce jeudi 28 juillet à l’AFP la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, lors de sa première visite sur le site.

La promesse d’une réouverture en 2024 avait été formulée par le chef de l’État, Emmanuel Macron, au soir du spectaculaire incendie qui avait ravagé l’édifice le 15 avril 2019. « Nous sommes assez confiants, tous, collectivement, pour que l’année 2024 (...) soit l’année d’aboutissement d’une grande partie de ce chantier, en tout cas de l’ouverture de la cathédrale au culte et au public », a affirmé Rima Abdul Malak.

La semaine passée, le général Jean-Louis Georgelin, en charge de la restauration de la cathédrale, avait déclaré au Figaro qu’une réouverture à cet horizon était « un objectif tendu, rigoureux et compliqué », sans toutefois remettre en cause le calendrier initial. « Pour le moment, rien, rien, rien ne permet de dire que l’objectif de 2024 ne sera pas tenu », a-t-il insisté jeudi.

Entrée dans la deuxième phase de travaux

Le chantier, d’un budget total de 850 millions d’euros, est actuellement dans sa deuxième phase, celle de la reconstruction, après une première période de sécurisation/consolidation qui a permis de stabiliser ce chef-d’oeuvre de l’art gothique.

Comme le dévoilait ce jeudi au Parisien les représentants de l’Établissement public, cette deuxième phase va débuter à la fin de l’été. « Elle concerne la reconstruction de la charpente, donc des toitures de la cathédrale, ornée par la flèche » ainsi que « la restauration des voûtes endommagées par la chute des éléments de charpente », indiquent-ils. Suivront une troisième phase de reconstruction extérieure de la cathédrale, puis l’aménagement du parvis qui, lui, dépend de la mairie de Paris.

L’incendie de Notre-Dame - dont les causes n’ont toujours pas été établies avec certitude - avait provoqué l’effondrement de sa charpente, de sa flèche, de son horloge et d’une partie de sa voûte, ravagées par les flammes.

À voir également sur Le HuffPost: Macron à Notre-Dame : les images inédites du choix du président pendant l’incendie

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles