Notre-Dame de Paris : la baisse des dons est "normale puisque les travaux n'ont pas commencé", estime la Fondation Notre-Dame

franceinfo
Christophe Rousselot, délégué général de la Fondation Notre-Dame, appelle "à la patience" et rappelle que "chaque euro compte" pour restaurer Notre-Dame de Paris, à la veille de la première messe qui sera dite par l'archevêque de Paris dans la cathédrale.

Presque deux mois après l'incendie de Notre-Dame de Paris, 9% seulement des promesses de dons pour la reconstruction ont bien été concrétisées par un versement. Soit 80 millions confirmés sur 850 millions d'euros promis par les donateurs. Christophe Rousselot, délégué général de la Fondation Notre-Dame, était l'invité de franceinfo, vendredi 14 juin.

franceinfo : Comment expliquez-vous que les promesses de dons ne se concrétisent pas ?

Je crois que c'est normal puisque les travaux n'ont pas commencé. Nous sommes dans les travaux de sécurisation, ça fait partie d'un chantier au départ comme celui-là.

En mai, la Fondation du patrimoine a stoppé les appels aux dons en déclarant : 'On a quasiment trop d'argent'. Est-ce que cela a dissuadé des donateurs potentiels ?

Beaucoup se sont posés des questions, c'est vrai. Nous nous sommes employés à leur apporter une information juste. Le ministère aussi a rappelé que l'addition totale personne ne la connaissait. Ce qui est encore le cas à ce jour. Deux mois après, les expertises n'ont pas été menées encore à bien. Elles ont commencé évidemment, mais il faut encore un peu de patience, plusieurs semaines et peut-être plusieurs mois encore avant de connaître le montant total nécessaire. C'est pour ça que chaque euro compte.

Est-ce que les dons continuent à arriver ?

La source continue à couler. Elle n'est pas au volume de ce qu'on a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi