Publicité

Notre-Dame-des-Landes : les zadistes ont fait leur retour

Théâtre du long feuilleton de la ZAD qui s’est terminé début 2018, les villes de Vigneux-de-Bretagne et Notre-Dame-des-Landes traversent une nouvelle phase compliquée. Situées au nord de l’agglomération nantaise, les deux communes entament un nouveau bras de fer avec des squatteurs, d’après les révélations du Point. Après l’abandon du déménagement de l’aéroport de Nantes, les 1 000 hectares avaient été partagés entre le département qui avait récupéré 75 % et des agriculteurs historiques. Discrets pendant quelques années, entre 150 et 200 habitants sur l’immense ex-zone se retrouvent pointés du doigt par les deux élus. « Ils n'ont aucun respect pour l'aspect écologique du site », a ajouté Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame-des-Landes.

Assainissement, permis de construire, déclaration de travaux, raccordement à l’électricité… De nombreuses règles sont contournées par les radicaux qui se sont emparés des places fortes de l’ancienne ZAD. Le plan de protection des espaces naturels et agricoles (Pean) encadre le secteur où seulement 2 % de la surface est constructible, en théorie… « À ma connaissance, on a plusieurs dizaines de cabanes illégales, avec du camping sauvage en été, et cela alors que nos paysans ont du mal à se loger. Une scierie s'est montée sans permis de construire. L'assainissement de la microbrasserie n'a jamais été contrôlé. Elle n'est pas en règle », a souligné le maire de Notre-Dame-des-Landes.

Une rivalité entre les légalistes et les radicaux

Si les deu...


Lire la suite sur LeJDD