Notre-Dame-des-Landes, principes de réalité

Libération.fr

Avec douceur et empathie, le documentaire «les Pieds sur terre» suit le quotidien d’un hameau en lisière de la ZAD contre le projet d’aéroport. Et déconstruit l’idée que les squatteurs sont des indésirables.

L’histoire des films a ceci de commun avec celle des luttes politiques qu’elle est constituée en séries de précédents, qui n’ont pas besoin de recevoir les noms d’«influences» ou d’«héritages» pour opérer dans le temps : l’une et l’autre s’écrivent comme un défi à la généalogie. Au moment de parler d’un documentaire retraçant un épisode toujours en cours sur le territoire de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), on pourra se souvenir que les grands films «contre l’aéroport et son monde» ont été faits au Japon, quatre ou cinq décennies plus tôt, par un collectif réuni autour du cinéaste Shinsuke Ogawa.

Parmi les sept films tournés de 1968 à 1977 à Sanrizuka avec les paysans résistant à la construction de l’aéroport de Narita, près de Tokyo, les moins difficiles à trouver de ce côté-ci de la planète apparaissent comme ce que le cinéma documentaire a produit de plus épique et de plus vrai. On y découvre aussi bien la détermination contre la police et les milices de la compagnie de construction que la conscience claire, dans les actions et les discussions des paysans, de ce moment où la préservation d’un mode de vie villageois et agricole (donc la continuation ou la réinvention d’usages et de relations existantes) devient une position révolutionnaire et non réactionnaire, une force de transformation et de résistance, et non de repli.

Les Pieds sur terre, de Batiste Combret et Bertrand Hagenmüller s’inscrit, certes, dans un autre style que celui de l’objectivité radicale et lyrique d’Ogawa Productions, dans la série de ce précédent japonais en filmant les habitants du Liminbout, un hameau à la lisière de la ZAD où des fermiers ont décidé de rester et de produire en ignorant l’injonction à céder leurs terres à l’entreprise Vinci, et de maintenir un bon (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Malick, «Voyage» au bout de l’inouï
«Get Out», ça fait flipper sa race
Jordan Peele, l’élan comique
«Tunnel», accident de toiture
Emily Dickinson, battements d’une indocile

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages